culturebd - La culture a son image

Les Beaux Étés - T5 : La Fugue

couverture de l'album La Fugue

Série : Les Beaux ÉtésTome : 5/5Éditeur : Dargaud

Scénario : ZidrouDessin : Jordi LafebreColoriste : Jordi Lafebre

Genres : Humour, Récit de vie

Public : Tout public

Prix : 14.00€

ma collection
ma wishlist
série

La critique culturebd

Note culturebd 2.5

Scénario

2.0

Dessin

3.5

Nous retrouvons la famille Faldérault à l’issue de l’année 1979, une période de l’année totalement en porte-à-faux avec le titre générique de la série avec des histoires censées se dérouler sous le soleil estival. La belle jaquette de l’album présente toute la famille réunie pour former un sapin de Noël. Faut-il voir dans ce choix une façon de rompre avec tous les tomes antérieurs ? Pas sûr.

En effet, la famille entend fuir la grisaille hivernale belge pour aller flirter quelques jours sur les rives méditerranéennes durant les congés de Noël. Pierre se débat avec des problèmes d’ordre professionnel car le créateur de la série Zagor, victime d’un AVC, lui propose de poursuivre cette série que Pierre déteste plus que tout. De son côté, Madeleine peine à travailler dans un magasin de chaussures avec une patronne insupportable. Quoi de mieux alors que d’aller prendre un bol d’air pour évacuer toutes ces tensions ? Mais Louis n’entend pas faire partie du voyage : il a réservé et financé par ses propres moyens un séjour à Londres pour assister au concert des Pink Floyd qui viennent de créer The Wall, leur immense succès. Profitant d’un arrêt dans un restauroute, Louis leur fausse compagnie.


La publication du tome précédent, Le repos du guerrier, marquait déjà le pas par rapport aux trois premiers épisodes. On avait l’impression que Zidrou peinait quelque peu à retrouver toute la fraîcheur à laquelle il nous avait habitués avec cette série : son scénario n’avait plus le même ressort. Ce 5ème opus qui semble clore définitivement la série (à la lecture on comprend pourquoi !), est sans doute l’album de trop dont les auteurs auraient pu se dispenser.

Reste que le dessin de Jordi Lafebre est toujours aussi enchanteur. Souhaitons au tandem de rebondir sur un nouveau projet plus épastrouillant.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants