culturebd - La culture a son image

Elfes - T20 : Noirs d'écailles

couverture de l'album Noirs d'écailles

Série : ElfesTome : 20/22Éditeur : Soleil

Scénario : Marc Hadrien, Olivier HébanDessin : Daniela DimatColoriste : Olivier Héban

Collection : Fantastique

Genres : Heroic fantasy

Public : Tout public

Prix : 14.50€

ma collection
ma wishlist

La critique culturebd

Note culturebd 2.0

Scénario

2.0

Dessin

2.0

Ga’wyn et sa bien aimée Dyfeline, cachés dans un élevage de dragons, sont en prise avec leurs démons et les Elfes noirs qui veulent leur mort à tout prix. Tombant dans un ronron, Marc Hadrien poursuit l’épopée Elfes noirs sur la même ligne scénaristique, ayant tout de même la bonne idée d’y ajouter des dragons, seuls capables de rendre ce tome et le dessin de Daniela Dimat intéressants.

Réfugiés à Akrähyng, la cité où l’on élève les dragons, Ga’wyn et Dyfeline sont condamnés à nettoyer le sol des cages de ces bêtes légendaires pour survivre aux Elfes noirs qui les harcèlent. Mais c’est sans compter sur la détermination du chapitre de Slurce, bien décidé à éradiquer ce problème devenu gênant pour les secrets de leur race.

Un autre tome des Elfes noirs passe et ressemble malheureusement à ses prédécesseurs. Il aura fallu que Marc Hadrien dégaine la carte dragons pour nourrir son scénario et les frasques de son Elfe noir rebelle. Il y a pourtant beaucoup à faire et à raconter sur cette race condamnée à devenir démon surtout que Nicolas Jarry en avait posé des jalons intéressants dans son dernier tome des Elfes sylvains.

Côté dessin, c’est Daniela Dimat qui reprend les traits de Ga’wyn et Dyfeline, réalisant un travail propre dans la lignée des deux premiers tomes des Elfes noirs réalisés par Ma Yi. Heureusement que l’illustratrice a des dragons à se mettre sous le pinceau, apportant vie et danger à ce tome sinon trop ressemblant aux précédents.

Le scénariste Marc Hadrien s'essouffle et a besoin de plusieurs dragons pour le soutenir dans la dernière ligne droite de la quête de Ga’wyn. Il semblerait qu’un dernier tome de conclusion soit à attendre, peut-être l’occasion d’introduire le noir sylvain Ilaw et restaurer la délicieuse noirceur des premiers tomes des Elfes noirs.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants