icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Elfes - T19 : L'Ermite de l'Ourann

couverture de l'album L'Ermite de l'Ourann

Série : ElfesTome : 19/20Éditeur : Soleil

Scénario : Éric CorbeyranDessin : Bojan Vukic

Collection : Fantastique

Genres : Heroic fantasy

Public : Tout public

Prix : 14.95€

La critique culturebd

Note culturebd3.0

Scénario

4.0

Dessin

2.5

Chaque race elfe ayant le droit à sa mythologie, il était bien normal qu’il en soit de même des semi-Elfes. Remontant aux sources de sa race bâtarde, Corbeyran invente une origine noble et vite souillée aux semi-Elfes. Accompagné d’un dessin assez tiède de Bojan Vukic, ce nouveau tome des Elfes ne déborde pas d’originalité mais offre un nouveau récit plaisant.

Elfes ou humains, Orcs ou Nains, aucun peuple n’aime le métissage. Ce cruel constat raciste trouve son origine dans les arcanes du temps, aux premiers bégaiements de l’Homme sur la terre, alors que les Elfes régnaient sur les forêts. Une curieuse quête va bousculer à jamais la vie paisible de Cleeriis, modeste pêcheuse, l’amenant sur les traces du premier semi-Elfe.

Peuple jusqu’à présent spectateur et victime de cette grande épopée elfe, les semi-Elfes voient leur beauté restaurée par Corbeyran qui leur donne une origine pure mais vite souillée. Il dénonce dans son scénario le racisme qui découle du métissage et même les nobles Elfes blancs sont éclaboussés par cette haine de l’autre.

L’enquête dynamique et intrigante de ce nouveau tome des Elfes est illustrée par Bojan Vukic. Celui-ci parvient à transcrire le mystère qui règne autour de cette étrange légende semi-elfe et son illustration de la cité déchue de Tremor est époustouflante. Dommage que les traits de ses personnages soient aussi grossiers, avec des traits noirs peu subtils, le tout illustré par des couleurs aux teintes marrons donnant une teinte assez tiède à l’ensemble.

Il n’est de bonne légende elfe qui ne mérite d’être contée. Celle du premier semi-Elfe, narrée à travers le récit d’une naïve pêcheuse de 13 ans, mérite toute notre attention. Il est dommage que le rendu graphique mitigé de ce tome condamne ce tome au même sort que le premier semi-Elfe, l’oubli.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants