culturebd - La culture a son image

Soutenable légèreté de l'être

couverture de l'album Soutenable légèreté de l'être

Éditeur : Delcourt

Scénario : Eleonore CostesDessin : Mlle Karensac

Genres : Récit de vie

Public : Tout public

Prix : 15.50€

ma collection
ma wishlist

La critique culturebd

Note culturebd 3.0

Scénario

2.5

Dessin

3.5

La touchante Soutenable légèreté de l’être raconte le délicat passage à l’âge adulte d’une trentenaire angoissée et hypocondriaque. Un récit autobiographique attendrissant, amusant, mais un brin convenu.

Eléonore, Lolo pour les intimes, est autrice et comédienne. Elle a toujours, tout au long de sa vie, subit le diktat de ses angoisses et ses peurs. Abordant le cap de la trentaine, elle est hospitalisée pour des douleurs à l’estomac. Des douleurs qui seraient « dans sa tête », selon le diagnostic des médecins. Cette situation va la pousser à faire le bilan de ses trente années de vie.

Ponctué de flash-back, cet ouvrage autobiographique entraîne le lecteur dans l’intimité d’Eléonore, de son enfance à sa vie de jeune femme. Elle nous parle de ses lubies, comme son inquiétude diablement rigolote pour ses « cacas » lorsqu’elle était une petite fille, l’éducation un peu loufoque reçu par ses parents, sa relation avec sa soeur, sa dépendance à l’amour et aux petits copains éphémères, à la clope, aux médocs...

Des thématiques que l’on retrouve dans pléthore d’ouvrages sont évoquées, comme les questionnements qui touchent les trentenaires, le poids de l’enfance et de l’adolescence sur notre psyché, la peur du passage à une vie d’adulte... Le tout manque hélas un peu de recul et la patte humoristique ne fait pas toujours mouche.

Dans un univers dominé par le bleu et le jaune, le trait gras et épais se pare de quelques notes de noir et de rouge. Si les personnages manquent un peu de réalisme, leur présence est assurée par un joli travail sur l’expression des visages et des yeux variés : gros, mouillés, éberlués ou plissés...

Ce sympathique récit se lit agréablement mais ne marque pas durablement...

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants