icône accueil culturebdicône accueil over culturebd
culturebd - La culture a son image

Le Syndrome de Stendhal

couverture de l'album Le Syndrome de Stendhal

Éditeur : Glénat BD

Scénario : Aurélie HerrouDessin : Sagar

Collection : 1000 Feuilles

Genres : Récit de vie

Public : À partir de 16 ans

Prix : 22.00€

La critique culturebd

Note culturebd5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Duc sans le sou et plutôt paumé, Frédéric Delachaise devient gardien de musée à Beaubourg et est frappé du syndrome de Stendhal, changeant sa vie à jamais. Pour célébrer les quarante ans du Centre Pompidou, Aurélie Herrou réalise une BD hommage époustouflante, usant de la poésie du dessinateur Sagar.

Chômeur sans compétence mis à part sa passion pour la danse, duc sans le sou, fiancé couard, Frédéric Delachaise voit son destin basculer grâce à Pôle emploi, qui lui décroche un poste de gardien à Beaubourg. D’abord imperméable à l’art, Frédéric devient atteint du syndrome de Stendhal. Ému à l’extrême par la beauté qui l’entoure, il se métamorphose...

Quelle idée géniale et saugrenue a eu Aurélie Herrou avec son scénario. Distillant avec parcimonie dans ses cases les œuvres d’art et les artistes les plus émérites du musée, elle aborde avec passion les bienfaits de l’art sur l’humain, que ce soit la peinture, les différentes formes d’art contemporain, mais aussi la musique et la danse. Sans tomber dans les clichés, elle n’oublie pas de dénoncer les excès de ce milieu, entre spéculations absurdes et surinterprétations des œuvres autour de petits fours hors de prix.

Côté dessin, le doigté de Sagar offre un travail tout en délicatesse et en poésie, respectant les originaux exposés tout en se les appropriant avec délice. Chaque œuvre prend vie grâce au syndrome de Frédéric et ce fan de Fred Astaire ne manque pas une occasion de danser à travers les cases de cet album atypique et unique, sous les traits ronds et subtils de Sagar.

C’est un très bel anniversaire que cette BD souhaite au Centre Pompidou. À travers le syndrome de choc culturel de leur anti-héros, les auteurs délivrent une vision à la fois sublime et philosophique de ce que l’art peut pour chacun d’entre nous, si nous voulons bien nous ouvrir à lui.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants