culturebd - La culture a son image

Geluck : Geluck pète les plombs

couverture de l'album Geluck pète les plombs

Série : GeluckÉditeur : Casterman

Scénario : Philippe GeluckDessin : Philippe Geluck

Genres : Humour

Public : Tout public

Prix : 20.00€

ma collection
ma wishlist
série

La critique culturebd

Note culturebd 3.5

Scénario

3.5

Dessin

4.0

Dans le troisième et dernier volet de sa trilogie décapante, cette fois Geluck pète les plombs. L'auteur belge dénonce, s'engage et nous invite tous spécialement à rire de tout, alliant avec harmonie humour noir et bon enfant.

Après Geluck se lâche !, Geluck enfonce le clou, le troisième volet de l'auteur belge, Geluck pète les plombs, est aussi piquant et spirituel que ses prédécesseurs. Plus politique et pugnace que lorsqu'il manie la verve du matou, Geluck s'attaque à tous les sujets qui le touchent : l'urgence écologique, les violences faites aux femmes, Trump, l'intolérance... toujours avec l'humour décalé et la tendresse qu'on lui connaît, comme dans son introduction où il interpelle gentiment le Pape et s'interroge si celui-ci a bien reçu un précédent exemplaire dédicacé, où dans le chapitre « l'humour expliqué aux imbéciles », une invitation au rire-ensemble dans laquelle il ridiculise l'argumentaire de ceux qui n'en ont pas (d’humour). Seul bémol à sa partition : un comique en dessous de la ceinture parfois un peu forcé dont le livre aurait pu se passer.

L'ouvrage est organisé par thèmes, chacun assorti d'un texte et d'un dessin. Celui-ci est épuré, les couleurs sont vives et les personnages caricaturés. Incisif et noir, son humour fera grincer certaines dents avec son prêtre pédophilie qui se réjouit de Tchernobyl et des ces enfants nés avec deux anus, ou ses deux médecins qui confessent que l'euthanasie d'une femme enceinte assure l'économie d'un éventuel avortement.

Mais sa salvatrice catharsis sait faire rire du tragique tout en lançant des appels à la réflexion, jamais à la haine.

L’auteur belge clos avec panache sa truculente trilogie, plus personnelle que jamais, pour un résultat presque sans dissonance.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants