culturebd - La culture a son image

Mon merveilleux sapin de l’Avent

couverture de l'album Mon merveilleux sapin de l’Avent

Éditeur : Casterman

Scénario : Camille GarocheDessin : Camille Garoche

Collection : Les Albums Casterman

Genres : Aventure

Public : Tout public

Prix : 24.95€

ma collection
ma wishlist

La critique culturebd

Note culturebd 5.0

Scénario

4.0

Dessin

5.0

Oubliez les chocolats à l’huile de palme trop sucrés et les figurines en plastique qui finiront leur vie sous un canapé, on a découvert le plus merveilleux des calendriers et devinez ? C’est un superbe livre à raconter et à transformer en sapin élégamment décoré !

Rien de tel pour attendre Noël que ce livre 2 en 1, un peu magique et très malin : chaque jour, le lecteur découvre avec bonheur un conte, un chant ou un poème en rapport avec le thème. Mais ce calendrier à raconter ne se contente pas de ses 24 textes sélectionnés et propose en prime un sapin à monter et à décorer. Assurément moins odorant qu’un vrai, mais aussi moins encombrant… et tout aussi amusant !

Chaque soir, l’enfant découvre au hasard de l’histoire une petite image détachable à accrocher au sapin cartonné découvert en première page. Ne reste qu’à lui ajouter sa décoration quotidienne pour en faire le roi des forêts illustrées ! Et le 24 au soir, le tableau sera complet et la fierté enfantine assurée…

Les textes proposés sont de grands classiques, mais c’est aussi ça qu’on aime à Noël : retrouver tous les personnages les plus emblématiques du folklore hivernal et fredonner les mêmes chansons en boucle sans même s’en rendre compte... Michka, Saint Nicolas, Casse-Noisette et l’affreux vieillard Scrooge, pour ne citer qu’eux, se croisent sur l’air de Vive le vent ou de Mon beau sapin.

Les dessins toujours merveilleux de Camille Garoche le deviennent alors plus encore, son style graphique élégant, délicat et toujours inventif s’accordant on ne peut mieux à cet univers enchanté et festif. Et on se dit une fois de plus que décidément, ses créations n’ont pas fini de nous faire rêver… Mais ne sont pas les petits lutins-lecteurs impatients qui s’en plaindront, pas plus que leurs parents, oh non !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants