icône accueil culturebdicône accueil over culturebd
culturebd - La culture a son image

La fillette au drapeau blanc

couverture de l'album La fillette au drapeau blanc

Éditeur : Akata

Scénario : Tomiko HigaDessin : Saya Miyauchi

Genres : Historique, Manga, Shojo

Public : À partir de 12 ans

Prix : 7.95€

ma collection
ma wishlist

La critique culturebd

Note culturebd 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

La Fillette au drapeau blanc conte l'histoire d'une fillette japonaise, Tomiko, perdue au milieu de la bataille d'Okinawa, en 1945. Séparée des siens, elle se cache dans les grottes de son île entre deux champs de bataille en espérant survivre. Saya Misauchi adapte ici l'autobiographie de la véritable Tomiko dans un one-shot émouvant et instructif.

Durant la Seconde Guerre mondiale, l'archipel d'Okinawa resta longtemps épargné par les bombardements mais la guerre finit par débarquer sur ses rivages. L’armée américaine approche : Tomiko, une fillette de six ans, s'enfuit avec son frère et ses sœurs avant de les perdre dans la panique. Commence alors une longue errance pour survivre et retrouver sa famille.

Malgré l'horreur de son contexte de débâcle militaire et ses faux airs du Tombeau des lucioles, ce manga ne démoralise pas autant qu’on pourrait le croire. Très maligne, Tomiko va errer de grotte en grotte en évitant les bombes comme les soldats en déroute et en survivant miraculeusement aux massacres qui ont lieu autour d'elle. On s'émerveille de la débrouillardise de cette fillette, capable de trouver du sucre en suivant une colonie de fourmis. Son regard enfantin sur la guerre bouleverse mais le récit demeure plein d’espoir et se veut un plaidoyer pacifiste universel au nom des premières victimes de toute guerre : les civils.

Le trait, presque rétro, retranscrit toute l'horreur vécue par l’héroïne. Sa dureté révèle la violence dans toute sa crudité. Des photos d'archive remplacent parfois le dessin sur certaines cases, notamment celle qui immortalisa Tomiko avec son drapeau blanc. Le manga contient également un dossier évoquant les recherches de la mangaka.

La Fillette au drapeau blanc est de ces rares titres durs mais forts et poignants, dans la lignée des mangas-témoignages de qualité dont Akata se fait une spécialité.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants