culturebd - La culture a son image

Quatre soeurs - T4 : Geneviève

couverture de l'album Geneviève

Série : Quatre soeursTome : 4/4Éditeur : Rue de Sèvres

Scénario : Malika FerdjoukhDessin : Cati Baur

Genres : Récit de vie

Public : De 9 à 15 ans

Prix : 15.00€

ma collection
ma wishlist
série

La critique culturebd

Note culturebd 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Sortez les mouchoirs, c’est déjà le dernier tome des aventures des sœurs Verdelaine. Et il s’en passe de belles, cet été, à la Vill’Hervé... Un album réussi, qui clôt superbement la série.

La belle saison est arrivée et la Vill’Hervé se trouve, une fois n’est pas coutume, désertée. Pendant que Bettina et ses amies découvrent les joies du camping improvisé, Enid et Hortense visitent Paris en compagnie des cousins Harry et Désirée. Charlie, fraichement célibataire et un peu désœuvrée, en profite pour bricoler. Geneviève a quant à elle dégoté un petit boulot d’été et vend des glaces sur la plage toute la journée.

Elle y rencontre Vigo, un jeune homme aussi intriguant que craquant. Mais alors que tout semblait bien engagé, ce dernier disparaît après un rendez-vous manqué. Du côté des quatre autres sœurs, les choses ne se passent pas non plus comme elles le devraient... Entre mystères, accidents, déceptions et imprévus en tout genre, le charme des Verdelaine a encore frappé !

Avec cette dernière BD adaptée des romans à succès de Malika Ferdjoukh, Cati Baur clôt la quadrilogie en beauté. On retrouve notre fratrie préférée avec d’autant plus de plaisir qu’on sait que ce sera la dernière fois. Attention, la nostalgie guette déjà ! Mais les filles ont grandi et ont appris, au fil des années à se débrouiller. Il est donc temps pour les lecteurs comme pour les fantômes de leurs parents, toujours présents, de les quitter définitivement.

Mais rien n’interdit de se replonger de temps en temps dans cette série d’albums à la belle atmosphère et à la ligne claire, pour retrouver les bêtises d’Enid, les pensées d’Hortense, la débrouillardise de Charlie, les coquetteries de Bettina et les sourires de Geneviève. Car désormais plus que jamais, chacun est le bienvenu à la Vill’Hervé !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants