culturebd - La culture a son image

Paola Crusoé - T3 : Paola Crusoé - T.3 NE

couverture de l'album Paola Crusoé - T.3 NE

Série : Paola CrusoéTome : 3/3Éditeur : Glénat BD

Scénario : Mathilde DomecqDessin : Mathilde Domecq

Genres : Aventure

Public : Tout public

Prix : 14.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique culturebd

Note culturebd 2.5

Scénario

2.0

Dessin

4.0

Jungle urbaine est le troisième et dernier tome des aventures de Paola Crusoé paru chez Glénat. En fermant ce triptyque, il laisse un sentiment mitigé. Si le graphisme est toujours aussi beau, l’histoire déçoit...

Les chassés-croisés continuent tout au long de l’album. La maman de Paola, restée sur l’île, attend le retour des siens dans un état proche de la folie, Daniel ne lui étant d’aucune aide. Mauvais timing, les naufragés ont, eux, construit un radeau et dérivent sur l’océan. Comme un malheur n’arrive jamais seul, une partie du radeau se détache et la famille se trouve de nouveau séparée. Paola se retrouve momentanément avec Bénédicte, qu’elle finira par perdre aussi. Le père garde avec lui, pour un bref instant, Yoann et Rachel pour mieux les perdre eux aussi.

La conclusion peine à convaincre alors que la série était particulièrement séduisante. L’aventure s’achève dans un imbroglio de séparations et chassés-croisés. Puisqu’aucune trame n’est exploitée réellement, l’ensemble finit par lasser. Ainsi la jungle urbaine promise en titre, qui aurait fait un pendant intéressant à la vie sauvage imposée aux protagonistes, n’est qu’épisodiquement creusée. En outre, les relations entre personnages restent beaucoup plus superficielles que prévu.

Heureusement, les ambiances colorées sont toujours magnifiques et riches tandis que les couleurs restent très contrastées et variées. Les choix audacieux de couleurs et les cadrages permettent une lecture agréable. Elles confèrent au récit un rythme qui autrement lui manquerait.

En dépit d’un dessin et de couleurs toujours soignés, ce tome ne possède pas la finesse ni le rythme des opus précédents. Trop de chassés-croisés, de rebondissements et d’incohérences finissent par tuer le suspense. Le survol des relations et des thématiques déçoit quand une écriture plus subtile avait séduit précédemment.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants