culturebd - La culture a son image

Mina et les magicrayons - T1 : Le plus méchant des grrros méchants loups

couverture de l'album Le plus méchant des grrros méchants loups

Série : Mina et les magicrayonsTome : 1/1Éditeur : Casterman

Scénario : Fanny JolyDessin : Christine Davenier

Collection : Les Albums Casterman

Genres : Aventure

Public : De 3 à 8 ans

Prix : 12.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique culturebd

Note culturebd 2.5

Scénario

3.5

Dessin

2.0

Mina est une petite fille qui a le pouvoir de donner vie à tous ses dessins. Et ce, grâce à ses trois magicrayons de couleur bleue, jaune et rouge. Publié par Casterman, cet album raconte la journée pleine de fantaisie d’une petite fille débrouillarde et dotée d’un sacré coup de crayon. Un album fondé sur une idée originale mais qui pèche par sa réalisation.

Malgré la pluie, la jeune Mina ne s’ennuie pas car elle dessine dans sa chambre et s’évade sur la route de son imagination. Bien vite, elle crée des nuages, des fleurs puis un petit oiseau qui s’est perdu. Le jeune volatile, qui répond au nom de Zozio, est tombé de son nid et a très peur. Il est effrayé par le loup gigantesque qui surgit entre les feuilles. Heureusement, Mina ne se démonte pas et tient tête au fauve. Elle sort sa gomme magique et efface les deux pattes avant du loup, le rendant ainsi inoffensif. L’intrépide Mina va alors rechercher le nid de l’oisillon...

Le scénario de cet album repose sur l’idée intéressante et originale d’une petite fille qui utilise ses crayons et sa gomme pour créer un univers et se sortir des pires situations. Les dialogues sont souvent drôles, notamment les phrases prononcées par Zozio, qui zozote terriblement, raviront les plus petits.

A l’exception des deux premières pages, toutes les illustrations sont censées ensuite être dessinées par les trois magicrayons de la jeune Mina. L’illustratrice imite donc le trait d’un enfant de cinq ans, en reproduisant un tracé malhabile et des couleurs qui dépassent des surfaces. L’imitation est fort réussie mais du coup, l’ensemble du livre peut être ressenti comme une suite de dessins maladroits et le procédé finit par lasser.

Un album sympathique qui repose sur une belle idée, malheureusement un peu gâchée par un parti pris artistique discutable.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants