culturebd - La culture a son image

Les Cahiers Aire Libre - T1 : Cahiers Aire Libre Volume 1

couverture de l'album Cahiers Aire Libre Volume 1

Série : Les Cahiers Aire LibreTome : 1/1Éditeur : Dupuis

Scénario : Collectif d'illustrateursDessin : Collectif d'illustrateurs

Collection : Aire Libre

Public : À partir de 12 ans

Prix : 16.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique culturebd

Note culturebd 3.5

Scénario

3.5

Dessin

3.5

Le label Aire Libre fête cette année son 30e anniversaire. Parallèlement à une opération promotionnelle en librairie accompagnée d’un très beau catalogue (un collector !), les éditions Dupuis publient ce premier cahier dont la couverture est illustrée par Cosey qui signa un des tous premiers titres de la collection, Le voyage en Italie, devenu incontournable. Bien plus qu’une rétrospective, ces cahiers apportent un plus qui laisse augurer une belle longévité à Aire Libre.

L’album s’ouvre autour d’une table ronde qui s’est déroulée lors du dernier festival d’Angoulême que présidait justement Cosey avec un rappel historique de cette collection créée par Jean Van Hamme et Philippe Vandooren pour, d’une part, étoffer le catalogue des éditions Dupuis, essentiellement axé sur les albums « jeunesse », et d’autre part, s’inscrire aussi dans la toute nouvelle démarche des histoires sans limitation de pagination que proposaient alors le mensuel (À Suivre).

© Tronchet

Onze auteurs qui, hormis le scénariste Denis Lapière, ne figurent pas parmi les auteurs les plus anciens de la collection, répondent à la question « Pourquoi faites-vous de la bande dessinée ? » en quelques pages de bandes dessinées pour les dessinateurs, tels Grégory Mardon, Nicoby, Philippe Dupuy, Jaime Martin et quelques autres, soit en prenant la plume pour les scénaristes pour livrer de la façon la plus sincère et intime leur attrait pour le médium (Valérie Mangin et Jean Van Hamme).

Quelques planches inédites issues de carnets de voyage signées Prado, Cailleaux, Guibert et Catel viennent agrémenter ces cahiers de belle manière. Mais pour ce premier cahier, n’aurait-il pas mieux valu ouvrir ces pages en priorité aux auteurs historiques qui ont contribué à rendre ce label si prestigieux ? Car excepté Cosey (et Gibrat pour ses splendides pages de garde), où sont passé les Griffo, Stassen, Lax, Lepage, Servais, Hausman, Hermann et tant d’autres encore ? Peut-être seront-ils du prochain numéro ?

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants