icône accueil culturebdicône accueil over culturebd
culturebd - La culture a son image

Le Suaire - T1 : Lirey, 1357

couverture de l'album Lirey, 1357

Série : Le SuaireTome : 1/1Éditeur : Futuropolis

Scénario : Gérard Mordillat, Jérôme PrieurDessin : Éric Liberge

Genres : Historique

Public : À partir de 16 ans

Prix : 17.00€

Voir la bande-annonce

La critique culturebd

Note culturebd5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

En préambule, on voit un homme se faire crucifier par un groupe de soldats romains. La séquence intrigue parce qu’elle ne correspond pas aux représentations traditionnelles du calvaire du Christ. La nudité du supplicié enlève tout doute possible : ce n’est pas Jésus qui est cloué sur cette croix. Cette ouverture très cinématographique, sans le moindre texte, donne le ton d’un récit d’une rare puissance.

Trois personnages sont au cœur de cette histoire. Autour de Lucie qui s’apprête à entrer dans les ordres, il y a son cousin Henri, évêque follement épris d’elle, et Thomas qui rêve de construire une abbatiale qui abritera un morceau de la Croix rapporté d’une croisade. L’histoire se déroule en Champagne au plus fort de l’hiver durant la guerre de Cent Ans, alors que la peste continue de décimer des populations entières.

C’est lorsque Lucie tend un linge pour éponger le visage d’un fanatique auto-supplicié, que Thomas trouve la solution pour financer le chantier de ce futur édifice. Avec elle, il va confectionner le suaire sensé avoir enveloppé le corps de Jésus.

Gérard Mordillat et Jérôme Prieur qui ont réalisé ensemble une série de documentaires pour Arte sur ce thème, se sont réinvestis pour cette adaptation en bande dessinée. Premier volet d’un futur triptyque, chaque histoire se déroulera à une époque différente, toutes autour du même trio de personnages. Ainsi, le deuxième tome se déroulera au XIXe siècle à Turin (où est conservé le fameux suaire), et le troisième, de nos jours à Corpus Christi (Texas) où l’on s’apprête à tourner un film sur Jésus.

La prestation graphique d’Éric Liberge est impressionnante à tous points de vue. Sa mise en scène, traitée dans un noir et blanc impeccable, ne lésine sur aucun détail pour faire ressentir à son lecteur l’ambiance qui pouvait baigner cette époque avec des compositions graphiques dignes des super productions hollywoodiennes. Un vrai tour de force.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants