culturebd - La culture a son image

La Malédiction des sept boules vertes - T1 : Le voyageur imprudent

couverture de l'album Le voyageur imprudent

Série : La Malédiction des sept boules vertesTome : 1/5Éditeur : Casterman

Scénario : Laurent ParcelierDessin : Laurent Parcelier

Genres : Aventure, Fantastique

Public : À partir de 12 ans

ma collection
ma wishlist
série

La critique culturebd

Note culturebd 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Le Voyageur imprudent est le premier tome de La Malédiction des sept boules vertes. Paru dans les années 80 chez Casterman, la série est actuellement réédité par Paquet. Quatre tomes doivent encore suivre pour compléter la très jolie série d’origine, rafraichissante et poétique, republié pour le plaisir de tous.

Le jeune Guilio vit dans des contrées lointaines et étranges. Il s’ennuie et veut connaître la grande aventure. Un jour une boule verte bizarre se glisse dans sa poche. Est-ce le hasard si, accompagné d’un vieil homme, il commence alors un grand voyage sur un chemin droit et interminable qu’il ne faut jamais quitter sous peine de se perdre pour l’éternité dans une forêt hostile ?

Dans ce monde fantastique, l’histoire se déroule comme un très joli conte naïf. La partie sur le chemin est particulièrement intéressante même si l’ensemble de l’univers fantastique est cohérent et maîtrisé. Par moments, le récit rejoint presque le roman d’apprentissage. Très rafraîchissant, il n’est pas sans rappeler Philémon de Fred. L’imagination est libre, l’onirisme touchant.

Ces qualités ne nuisent pas au rythme soutenu. L’album bien que poétique n’est jamais contemplatif. Le découpage est serré et les planches denses ce qui permet une histoire rapide. Le dessin à la ligne claire renforce l’impression de naïveté tout comme la palette de couleurs très douce et raffinée. Ses transitions d’ambiance sont fluides et ses oppositions chaudes-froides délicates.

Ce premier tome est simplement charmant. Ce conte tendre sait valoriser l’aventure. La fin ouvre sur un autre univers donnant envie de poursuivre la route aux côté de ce voyageur bien imprudent.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants