culturebd - La culture a son image

L'âge d'or - T1 : L'âge d'or - première partie

couverture de l'album L'âge d'or - première partie

Série : L'âge d'orTome : 1/1Éditeur : Dupuis

Scénario : Roxanne Moreil, Cyril PedrosaDessin : Cyril Pedrosa

Collection : Aire Libre

Public : À partir de 12 ans

Prix : 32.00€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist
série

La critique culturebd

Note culturebd 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

La princesse Tilda, héritière du trône, en est chassée par les manigances de son jeune frère. Autour d'elle, le peuple s'agite, sous l'impulsion d'une légende, celle de L'Âge d'or, contant l'histoire d'un temps ancien où tous et toutes étaient égaux. Fresque épique et politique, L'Âge d'or est un enchantement visuel à l'intrigue passionnante.

Dans un Moyen Âge de conte, le royaume est accablé par les mauvaises récoltes et les impôts soulevés par les seigneurs avides de pouvoir. La princesse Tilda pourrait être l'espoir de son peuple, grâce à son esprit de justice et ses volontés réformistes. Hélas, un complot de sa famille la fait détrôner dès la mort du vieux roi et la contraint à l'exil. Mais la révolte gronde, portée par la faim et la légende d'un « Âge d'or », durant lequel seigneurs et serfs n'existaient pas.

Épique à souhait, ce premier volume mêle complots et batailles, légendes et trésors perdus à un message sur l'égalité mûrement réfléchi. Classes sociales, place des femmes dans la société, émancipation et réflexion sur l'insurrection, L'Âge d'or aborde moult sujets épineux avec brio, sans jamais oublier de nous divertir. L'épaisseur de la bande dessinée permet en outre d'étoffer des personnages en constante évolution et qui ne se contentent pas d'être des figures d'enluminure.

Poétique et riche, L'Âge d'or est servi par un dessin tout en traits de couleurs, qui ne laisse presque aucun blanc dans les cases : chaque planche est un petit tableau qu'on fouille du regard sans s'arrêter. Aussi fluide dans l'action que vertigineux dans des planches panoramiques pleines de profondeur, il éblouit par sa virtuosité.

Aussi beau que riche, ce très réussi premier volume se dévore sans interruption.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants