culturebd - La culture a son image

Dept. H - T2 : Meurtre en grande profondeur 2/4

couverture de l'album Meurtre en grande profondeur 2/4

Série : Dept. HTome : 2/3Éditeur : Futuropolis

Scénario : Matt KindtDessin : Matt Kindt

Genres : Polar / Thriller

Public : À partir de 16 ans

Prix : 22.00€

ma collection
ma wishlist
série

La critique culturebd

Note culturebd 4.5

Scénario

4.5

Dessin

4.5

Toujours à la recherche du meurtrier de son père, Mia se retrouve piégée avec l’équipage dans la base sous-marine, victime de sabotage. Un deuxième opus à vous rendre claustrophobe par 9 000 mètres de profondeur.

Après une série d’explosion, les membres de la station scientifique sous-marine sont séparés. Mia et Roger se retrouvent enfermés dans une salle où l’eau monte inexorablement. Aaron, lui, part vers le labo de Jérôme pour essayer de le sauver. Bob et Raj cherchent une solution pour évacuer Mila et Roger quant à Q et Lily, ils vont essayer de rejoindre la salle des générateurs pour redonner un peu d’air à tout le monde...

Malin, Matt Kindt profite du tête à tête de Roger et Mia pour aborder le passé de certains personnages. Plus ancien et fidèle ami d’Hari, Roger connaît chaque membre de l’équipage ainsi que les circonstances de son engagement. Tous ont un rapport fort et ambigu au scientifique. Face à Mia, Roger finit par dévoiler ses propres liens avec l’ensemble de la famille d’Hari... La confession de Roger sert de voix off tendue à une liste de souvenirs qui, mise en scène différemment, aurait cassé l’atmosphère lourde et le rythme élevé de cette intrigue à suspense.

Avec ses cases resserrées et ses couleurs souvent sombres, la base sous-marine illustre parfaitement ce que peut être l’angoisse de l’enfermement en grande profondeur. Le lecteur se retrouve aussi confiné que les personnages, qui en plus font face à une inéluctable montée des eaux.

Ce deuxième volume de Dept. H appuie davantage l’intrigue et le suspense. Accrochés aux rebondissements et aux personnages, nous sentons déjà que la révélation de l’assassin sera un déchirement...

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants