culturebd - La culture a son image

Le Petit ange de Pénélope

couverture de l'album Le Petit ange de Pénélope

Éditeur : Mosquito

Scénario : Capucine MazilleDessin : Sylvie Chausse

Collection : Lily Mosquito

Genres : Humour

Public : De 6 à 15 ans

Prix : 14.00€

ma collection
ma wishlist

La critique culturebd

Note culturebd 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Un heureux évènement se profile chez les Willoughby : lady Pénélope s’est mise à la layette. Son mari, Wilbur, accuse réception de la nouvelle avec un flegme typiquement british. Le couple se prépare ardemment à accueillir le bébé dans leur doux foyer. Las, la cigogne chargée de la livraison entre en collision avec un autre couple de cigognes, également en service. Sylvie Chausse et Capucine Mazille nous proposent d’exploiter une inversion de destinataires avec une maxi dose d’humour.

La couverture de l’album ne laisse planer aucun doute quant à l’identité du nouveau-né : les Willoughby ont hérité d’un bébé dragon ! Lors des achats avant l’arrivée du nourrisson, lady Pénélope a acheté le livre de la baronne de Fouettesec, Comment j’élève mon enfant, car s’agissant du premier, tous les conseils ne pourront qu’être utiles...

Avec leur chien Isidore, Bobby le perroquet qui parle et Jane, la chatte malicieuse, il y avait déjà beaucoup d’animation dans leur maison. L’arrivée du petit dragon va contribuer à en créer encore davantage ! Mary, leur jeune domestique tout aussi démunie, aura fort à faire ! Il sera même nécessaire lorsque « l’enfant » aura grandi de faire appel à une « super-nanny » pour inculquer quelques bonnes manières au petit monstre.

L’histoire, hilarante de bout en bout, exploite l’ingénuité des jeunes parents appliqués à suivre à la lettre les conseils d’éducation, tout en brocardant (gentiment) au passage les mœurs d’outre-Manche. Les rivalités entre les animaux de la maisonnée perturbées par la venue du bébé, les rapports de lady Pénélope avec sa belle-mère, tout est finement observé et le dessin de Capucine Mazille se révèle une nouvelle fois d’une folle expressivité. Et l’épilogue du récit enfonce le clou de manière flamboyante ! Voilà une histoire qu’on se plaira à lire aux petits le soir avant de les mettre au lit.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants