icône accueil culturebdicône accueil over culturebd
culturebd - La culture a son image

La Mère et la Mort/Le Départ

couverture de l'album La Mère et la Mort/Le Départ

Éditeur : Le Tripode

Scénario : Alberto Chimal, Alberto LaisecaDessin : Nicolas Arispe

Genres : Récit de vie

Public : À partir de 16 ans

Prix : 23.00€

ma collection
ma wishlist

La critique culturebd

Note culturebd 5.0

Scénario

4.5

Dessin

5.0

Dans ce double album sur le thème tragique de la perte d’un enfant, les conteurs Alberto Laiseca et Alberto Chimal s’emparent avec force d’un événement dramatique avec une narration qui laisse sans voix. Les illustrations envoûtantes de Nicolás Arispe subliment le propos douloureux pour un livre magnifique et audacieux.

La Mère et la Mort et Le Départ sont deux histoires se rejoignent dans une image pivot impressionnante au centre de l’album. Elles narrent le sacrifice de deux mères qui ne peuvent se résoudre à perdre ce qu’elles ont de plus cher. Prêtes à tout pour récupérer leurs fils, elles vont traverser d’insoutenables épreuves qui leur laisseront de douloureuses séquelles. Ces deux contes confrontent avec grandeur et dignité au deuil le plus insurmontable qui existe, celui d’un enfant.

Inspiré par un conte de Hans Andersen, Alberto Laiseca livre dans La Mère et la Mort une image grandiose de l’amour maternel. Une renarde s’ampute pour sauver son enfant et évoque, dans l’image de cette chair meurtrie, le vide laissé par l’absence de son fils. Dans Le Départ d’Alberto Chimal, une femme va tout tenter pour ramener son petit à la vie et en payer le lourd tribut. Dans une opposition perpétuelle entre l’horreur du propos et la simplicité du texte, l’émotion croissante plonge le lecteur dans un état hypnotique.

Les illustrations majestueuses de Nicolás Arispe, constellées de détails mystérieux appuient le texte à merveille. D’Otto Dix à Gustave Doré, les influences nombreuses du dessinateur et son trait élégant habillent à la perfection la tragédie des deux histoires. La double-page miroir pleine de solennité qui relie les deux récits marque une transition bien amenée. Difficiles à repérer, les marques d’humour noir subtiles habillent le contenu d’une aura unique. La sobriété, la pudeur et l’intemporalité du dessin appuient son universalité.

Un nouveau joyau aux éditions du Tripode, à lire et à relire sans modération !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants