icône accueil culturebdicône accueil over culturebd
culturebd - La culture a son image

Adultes n'existent pas

couverture de l'album Adultes n'existent pas

Éditeur : Delcourt

Scénario : Sarah AndersenDessin : Sarah Andersen

Collection : Humour de rire

Genres : Humour

Public : Tout public

Prix : 15.50€

La critique culturebd

Note culturebd4.0

Scénario

5.0

Dessin

3.0

Sarah Andersen est déjà bien connue aux Etats-Unis avec son blog Sarah’s Scribbles, dans lequel elle révèle courageusement des petites hontes quotidiennes. Delcourt publie la traduction d’un recueil d’articles du blog : Les adultes n’existent pas. Humour et autodérision sont les principaux ingrédients de cette BD hilarante !

Difficile parfois de concilier les grandes ambitions et le rythme trépidant de la vie active avec les paresses et angoisses intimes qui tourmentent le for intérieur... Le personnage féminin de cette BD illustre avec fantaisie de nombreuses anecdotes du quotidien dont on ne se redresse pas toujours digne : scènes de rivalité féminine, rangement sous le lit, se faire des amis, les vêtements mal taillés dans les magasins...


Le célèbre blog désopilant de l’américaine Sarah Andersen fait l’objet d’une compilation de scénettes cocasses et incroyablement authentiques. Le personnage féminin, imparfait, immature, soupe-au-lait et occasionnellement effarouché vit de drôles de situations dans lesquelles la lectrice se reconnaîtra peut-être parfois. Révélant sans pudeur sa merveilleuse mesquinerie et sa douce misanthropie au lecteur complice, la jeune femme amuse autant qu’elle dévoile de vrais secrets.

Le dessin de l’auteure, simple, au trait noir épais, illustre efficacement les situations drolatiques. Adapté à une écriture web, le format des historiettes convient bien à une lecture légère, rapide, et même morcelée. Il est amusant de constater que le personnage ressemble un peu à la blogueuse elle-même. La part autobiographique du blog n’en est que plus évidente, admirable d’autodérision !

Cette jeune femme rigolote et attachante donne parfois l’impression de souffrir d’une très légère forme d’autisme, rappelant le léger syndrome d’Asperger mis en image en 2016 avec humour et délicatesse par Mademoiselle Caroline dans La différence invisible. Cependant ces anecdotes peuvent évoquer à tout un chacun de petites hontes du quotidien que personne ne doit découvrir, mais poilantes quand elles sont vaillamment partagées !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants