culturebd - La culture a son image

Perles d’enfance récoltées par MiniKim

Auteur(s) :
MiniKim

En mars 2017, la Toile montante vous faisait découvrir le talent de MiniKim, autrice française expatriée au Canada. Là-bas, les jolis moments avec ses trois filles lui inspirent le blog Dessine du bonheur. Aujourd’hui, l’autrice a décidé de compiler ces moments dans Maman, Papa... Et moi ! Et moi ! Et moi ! notre élule. Alors que le projet est financé mais encore accessible aux nouveaux contributeurs, MiniKim nous parle de son admiration pour la poésie enfantine et son attachement à l’Internet qui a éveillé sa créativité.

Faire rejaillir la poésie des enfants

Comment a démarré le projet Maman, Papa... Et moi ! Et moi ! Et moi ! ?

MiniKim : Ce projet a débuté il y a 14 ans, à la naissance de mon premier enfant. J’étais fascinée par la façon dont ma fille voyait le monde avec son regard d’enfant. C’est comme ça que j’ai commencé à collectionner ses mots et les petites anecdotes du quotidien dans un carnet.

Pour moi, il était important de montrer les bons côtés de la parentalité. Je souhaitais mettre en image les petits instants de bonheur au quotidien. J’aime observer les enfants et retranscrire leur vision si poétique de la vie. Avec leurs « yeux tout neufs », ils voient le monde différemment des adultes. Ce sont ces petits moments que j’essaye de capter et de transmettre dans mes histoires. L’enfance est quand même un moment de la vie où tous les rêves sont possibles et, en plus, le Père-Noël existe ! C’est fantastique, non ? Les autrices qui m’ont le plus influencée dans ce registre sont l’illustratrice australienne Sarah Kay et la française Domitille de Pressensé.

Est-ce que cette BD vous a permis d’en apprendre plus sur la parentalité ?

Je me place plutôt comme une observatrice. Je ne pense pas qu’il y ait une bonne ou une mauvaise façon d’être une maman. Il suffit d’être soi-même et tout ira pour le mieux.

Vous mettez en scène les moments avec vos trois filles, qui ont des âges différents. Est-ce que le rapport entre ces différentes générations enrichit votre narration ?

Oui complètement ! À chaque âge, l’enfant a un regard différent. Cela me permet d’aborder des situations de la petite enfance, de l’enfance et de la préadolescence. Une enfant de 3 ans ne verra pas la même chose que sa sœur de 12 ans, ce qui permet de créer des situations cocasses.

Votre dessin traduit bien la tendresse de vos planches. Comment le composez-vous ?

Je voulais un dessin tout doux pour accompagner cet univers de l’enfance. Il fallait que j’arrive à « dessiner du bonheur ». J’ai fait des recherches jusqu’à parvenir à trouver le style actuel. Et pour l’inspiration... J’ai juste à regarder mes filles !

Côté colorisation, ça a été très long. Au début, la BD était entièrement en couleur ! Mais ça me prenait énormément de temps pour un résultat dont je n’étais pas contente… Puis je me suis rappelée de la BD Chicou Chicou, collectif dont j’adorais les pages. Le dessin fonctionnait parfaitement avec deux couleurs : noir et rose ! Par la suite, ma palette s’est un peu étoffée et j’ai rajouté une gamme de gris.

Le web, levier de partage

Votre projet Maman, Papa... Et moi ! Et moi ! Et moi ! est déjà financé à plus de 600% sur Ulule : cela a resserré votre lien avec les lecteurs ?

Cette campagne est incroyable ! C’est un vrai plaisir pour moi de pouvoir être directement en contact avec mes lecteurs et d’avoir leurs retours en temps réel ! De plus, la plateforme Ulule a agi comme un effet de levier qui a permis de faire découvrir mon travail à un public plus large.

Au-delà de vos planches, vous abordez dans La Lettre dessinée votre vie d’artiste. En quoi était-ce important de lancer un tel format sur votre blog ?

La Lettre Dessinée est une newsletter que j’envoie deux fois par mois à mes abonnés. Avec les algorithmes des réseaux sociaux qui changent continuellement, c’était pour moi le format parfait pour rester en contact avec mes lecteurs.

À l'ère du numérique, la bande dessinée est un média en perpétuelle évolution. J’ai été inspirée et j’ai reçu beaucoup d’aide et de conseils de la part de mes pairs, il est important pour moi de partager aux suivants ! Un jour, une lectrice m’a posé des questions sur l’apprentissage du dessin. C’est comme ça que j’ai commencé à faire de petites vidéos sur ma chaîne Youtube. Je souhaite prendre un rythme plus régulier dès la fin de la campagne Ulule.

Après Maman, Papa... Et moi ! Et moi ! Et moi ! prévoyez-vous d’autres BD en autofinancement ?

Une fois la campagne Ulule terminée, je vais travailler sur mon prochain livre Éole sur La Lune. Je n’ai pas encore décidé s’il sera publié à compte d’auteur ou d’éditeur. Mais ce qui est sûr, c’est que les abonnés à La Lettre Dessinée en seront les premiers lecteurs !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants