culturebd - La culture a son image

Kamyeuuh, briser les tabous pour les enfants

Auteur(s) :
Kamyeuuh

Ce mois-ci, la Toile montante vous aide à déconstruire l’insouciance en compagnie de Kamyeuuh. Portrait de l’autrice qui, dans ses illustrations et ses planches, tend à traiter des sujets épineux pour la jeunesse !

Des ciseaux au crayon

Alors qu’elle menait ses études en coiffure, Kamyeuuh était toujours d’attaque pour les cours d’arts appliqués. L’étudiante a toujours voulu faire du dessin son métier. « Ce qui me plaisait surtout c’était raconter des histoires. En terminant ma formation, je me suis dit que c’était dommage de ne pas avoir tenté ma chance, même si le dessin semble être un secteur intouchable, auquel on ne pouvait pas accéder sans avoir de relation. » explique-t-elle. Après avoir longtemps hésité entre la littérature jeunesse et l’animation, la BD lui apparaît finalement comme une évidence.En 3 ans, Kamyeuuh a eu le temps de perfectionner son joli trait rond.

En 3 ans, Kamyeuuh a eu le temps de perfectionner son joli trait rond.

Alors, elle gagne les bancs de l’Académie Brassart-Delcourt. Dans la même promotion d’auteurs que Soskuld, l’étudiante se plonge dans ce savoir-faire : « Quand j’ouvrais une BD, je ne me doutais pas du travail qu’il y avait derrière, de la place des bulles à la composition des cases. » Pendant ces trois dernières années, Kamyeuuh a côtoyé des camarades aux niveaux et aux styles différents : « On se dit qu’on fera jamais ce qu’ils font, mais eux ne feront jamais ce qu’on fait. » Et ce que l’étudiante voulait, c’est aborder des thèmes difficiles auprès du jeune public, en cours comme sur sa page Facebook.

Enfants et adultes, une frontière inébranlable ?

Kamyeuuh n’est pas du genre à raconter des gags. L’autrice a à cœur de « parler de sujets dits d’adultes au grand public, en particulier aux plus jeunes ». Elle réfléchit « beaucoup à des choses qu’ [elle] aurai[t] aimé apprendre petite, tout en les ajustant à cette frange de lecteurs. » Parmi ces thèmes, l’autrice tient à traiter des problèmes familiaux, du rapport au corps ou bien de l’éducation sexuelle.

En jeunesse, Kamyeuuh aime l'univers à la fois mignon et inquiétant du film d'animation Coraline.

Kamyeuuh aime l'univers à la fois mignon et inquiétant du film d'animation Coraline.

« Faire comprendre des sujets complexes à ce public n’est pas un défi, tant qu’on choisit les bons mots et les bonnes images » affirme-t-elle. Rebecca Dautremer, Marc Boutavant, Benjamin Lacombe, Guillaume Bianco ou Michel Plessix… autant d’auteurs qui l’ont influencée et aidée à fouiller graphiquement cette frontière. En résulte sur sa page Facebook une farandole de dessins truffés de couleurs et d’animaux aux adorables frimousses. En mettant en scène ces personnages, la jeune femme tend à prendre du recul sur des sujets l’ayant touchée personnellement.

Le web, vecteur de motivation

Sans les conseils de son entourage, Kamyeuuh ne se serait pas lancée sur Internet et elle n’aurait pas découvert l’émulsion créative qui s’y manifestait. Au fil des publications, l’autrice s’est attachée à l’aspect communautaire de Facebook, ainsi qu’aux retours de ses lecteurs. Les défis dessinés et la découverte de nouveaux styles lui ont également permis d’affirmer sa motivation et son univers.

Dans ses dessins, Kamyeuuh aime aborder des situations difficiles auprès de la jeunesse.

Dans ses dessins jeunesse, Kamyeuuh aime aborder des situations difficiles.

À terme, Kamyeuuh espère perfectionner sur le web sa vitrine professionnelle et ses projets à venir. Lors de sa dernière année d’études, l’artiste a bouclé son projet d’édition : une autofiction dans laquelle elle raconte les conflits qu’elle a eus avec ses parents durant sa jeunesse. Une œuvre cathartique qu’elle espère voir prochainement publiée. « Peut-être qu’elle ne touchera pas beaucoup de monde mais si ça aide déjà une seule personne, ce serait magique à mes yeux. » confie l’autrice, rêveuse.

Avant de visiter l'atelier de Kamyeuuh, rendez-vous sur son blog !

Avant de visiter l'atelier de Kamyeuuh, rendez-vous sur sa page Facebook !


Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants