icône accueil culturebdicône accueil over culturebd
culturebd - La culture a son image

Un équipe de choc pour Turbo Time Travel

Ils se sont rencontrés dans un atelier, la Kahute, et ont emmené des amis en voyage temporel pour en revenir avec une revue de BD : Turbo Time Travel. Après avoir embarqué uniquement des Nantais dans leur aventure, ils partent en Asie avec des auteurs venus de contrées plus reculées... Rencontre avec 4 voyageurs temporels, créateurs du vaisseau : Yann Cavalier, Jason Sorin, Vincent Dock et Kristel Faure.

Comment a démarré l’aventure Turbo Time Travel ?

L’envie de créer un magazine de bande dessinée est venue de Vincent, elle a ensuite rebondi de tête en tête. Entre l’idée originale et le résultat, il y a eu énormément de changement à chaque étape de création. Le voyage dans l’espace-temps est une manière qui nous plaisait d'amener un thème nouveau pour chaque magazine.

Quels changements avez-vous faits entre le numéro zéro et celui en financement ?

Beaucoup de choses ont bougé : tout d’abord il y a plus d’auteurs, on passe de 7 à 11. On a dépassé la centaine de pages et la structure du magazine s’est affinée. On apprend de nos erreurs : on a modifié le déroulé du magazine, introduit plus de cohérence... Brefs, on était des purs novices et on l’est un peu moins.

Comment travaillez-vous ensemble ?

Comme tout le monde, on fait beaucoup de réunions. Nous sommes quatre à la base du projet, Yann, Jason, Vincent et Kristel, aidés par Adrian aussi qui donne un bon coup de main graphiquement.

En plus de leurs planches, Jason, Yann et Adrian s’occupent de la mise en page du magazine, de son esthétique et son univers graphique. Kristel et Vincent s’occupent de l’administratif et de la communication. Pour toutes les décisions éditoriales, on se retrouve et on prend les décisions ensemble.

Pour la cohérence des récits, il y a seulement une règle à respecter, le thème du magazine. Pour le numéro zéro, on a choisi la préhistoire, mais ça ne nous a pas empêché de dessiner des dinosaures, qui restent dans la chronologie de l’inculture...

Pourquoi avoir choisi l’Asie féodale comme thème de ce numéro ?

Pour les thèmes, on fait une longue campagne de vote en interne, où chacun faisait de la propagande pour son idée, avec des pots de vin ! [Rires] L’Asie féodale a gagné, devançant les pirates de peu ! Les nombreux fans de la culture japonaise ont eu le dessus !

Pouvez-vous chacun présenter le récit que vous avez créé, histoire de donner un avant-goût à vos (futurs) lecteurs ?

Toutes les histoires sont des récits courts de 6 à 12 pages sauf celle de Yann qui n’est pas un récit mais il a fait deux illustrations autour de l’assaut de soldats mongols sur la muraille de Chine. En vrac, il y aura une BD autour d’un ronin [un samouraï sans maître] qui cherche la rédemption (Jason), un renard qui enquête sur des faits paranormaux (Vincent), une vengeance d’une sœur jalouse (Kristel) et plein d’autres récits autour de l’honneur familial, de cours de chinois, de combat de samouraïs et même de la recherche d’un exorciste...

Pour soutenir leur projet, rendez-vous sur Ulule !

Ils se sont rencontrés dans un atelier, la Kahute, et ont emmené des amis en voyage temporel pour en revenir avec une revue de BD : Turbo Time Travel. Après avoir embarqué uniquement des Nantais dans leur aventure, ils partent en Asie avec des auteurs venus de contrées plus reculées… Rencontre avec 4 voyageurs temporels, créateurs du vaisseau : Yann, Jason, Vincent et Kristel.[LineMarie1]

Comment a démarré l’aventure Turbo Time Travel ?

L’envie de créer un magazine de bande dessinée est venue de Vincent, elle a ensuite rebondi de tête en tête. Entre l’idée originale et le résultat, il y a eu énormément de changement à chaque étape de création. Le voyage dans l’espace-temps est une manière qui nous plaisait d'amener un thème nouveau pour chaque magazine.

Quels changements avez-vous faits entre le numéro zéro et celui en financement ?

Beaucoup de choses ont bougé : tout d’abord il y a plus d’auteurs, on passe de 7 à 11.

On a dépassé la centaine de pages et la structure du magazine s’est affinée. On apprend de nos erreurs : on a modifié le déroulé du magazine, introduit plus de cohérence...[LineMarie2] Brefs, on était des purs novices et on l’est un peu moins.

Comment travaillez-vous ensemble ?

Comme tout le monde, on fait beaucoup de réunions. Nous sommes quatre à la base du projet, Yann, Jason, Vincent et Kristel, aidés par Adrian aussi qui donne un bon coup de main graphiquement.

En plus de leurs planches, Jason, Yann et Adrian s’occupent de la mise en page du magazine, de son esthétique et son univers graphique. Kristel et Vincent s’occupent de l’administratif et de la communication. Pour toutes les décisions éditoriales, on se retrouve et on prend les décisions ensemble.

Pour la cohérence des récits, il y a seulement une règle à respecter, le thème du magazine. Pour le numéro zéro, on a choisi la préhistoire, mais ça ne nous a pas empêché de dessiner des dinosaures, qui restent dans la chronologie de l’inculture...

Pourquoi avoir choisi l’Asie féodale comme thème de ce numéro ?

Pour les thèmes, on fait une longue campagne de vote en interne, chacun faisait de la propagande pour son idée, avec des pots de vin ! [Rires] L’Asie féodale a gagné, devançant les pirates de peu ! Les nombreux fans de la culture japonaise ont eu le dessus !

[LineMarie3]

Pouvez-vous chacun présenter le récit que vous avez créé, histoire de donner un avant-goût à vos (futurs) lecteurs ?

Toutes les histoires sont des récits courts de 6 à 12 pages sauf celle de Yann qui n’est pas un récit mais il a fait deux illustrations autour de l’assaut de soldats mongols sur la muraille de Chine. En vrac, il y aura une BD autour d’un ronin [un samouraï sans maître] qui cherche la rédemption (Jason), un renard qui enquête sur des faits paranormaux (Vincent), une vengeance d’une soeur jalouse (Kristel) et plein d’autres récits autour de l’honneur familial, de cours de chinois, de combat de samouraïs et même de la recherche d’un exorciste…[LineMarie4]


[LineMarie1]Avez-vous des pseudos officiels sous lesquels vous officiez ?

[LineMarie2]Développer : pourquoi est-ce des „erreurs“ et si vous pouviez nous donner un exemple concret ou deux ?

[LineMarie3]Pourriez-vous nous dire quel thème était en „finale“ avec l’Asie ? Et pourquoi ce thème a gagné selon vous (des amoureux de la culture japonaise/chinoise/monghole dans l’équipe ?) ?

[LineMarie4]Pourriez-vous chacun développer un tout petit peu vos pitchs ?

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants