icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Un rayon de soleil nommé Opimasole

Auteur(s) :
Opimasole

Date : 30/06/2017

Lieu : Paris

Cette semaine, la Toile montante vous donne du baume au cœur grâce à Opimasole. Portrait de ce blogueur d’origine taïwanaise, qui nous ensoleille avec ses billets chargés de tendresse et d’optimisme.

La BD, une belle rencontre

Lors de son arrivée en France, la BD Maus d'Art Spiegelman est une des plus belles découvertes d'Opimasole.

Maus, BD découverte par Opimasole
lors de son arrivée en France

Pour Opimasole, le premier dessin est un souvenir tendre à jamais gravé dans sa mémoire : « Quand j’avais à peu près cinq ans, mon grand-père m’apprenait à dessiner des dinosaures. Depuis cette habitude ne m’a jamais quitté. » Une envie de dessiner, certes, mais pas forcément des planches. Car l’artiste d’origine taïwanaise se découvre une vocation pour la BD seulement lorsqu’il découvre Moebius : « J’ai tout de suite été fasciné par la finesse, le réalisme et le détail de son trait. A partir de ce moment, j’ai découvert les richesses de la bande dessinée.»

Un trésor qu’il se met en tête d’explorer coûte que coûte. Du jour au lendemain, Opimasole quitte sa terre natale et son poste dans l’animation pour gagner l’Iconograf de Strasbourg. Loin d’être intimidé par ce dépaysement, l’étudiant aux influences mangas se laisse séduire par l’ambiance de la ville et le travail de Guy Delisle, Art Spiegelman ou Sempé. Dans la simplicité de leur trait, le jeune auteur en herbe trouve un ingrédient essentiel pour faire entrer le lecteur dans ses histoires ou plutôt ses pensées secrètes.

L’art de panser les âmes meurtries

Opimasole : si le blogueur fait preuve d’imagination dans ses billets, il en a gardé un tout petit peu pour son nom d’artiste. « J’ai inventé ce pseudo en mixant deux mots qui me plaisent énormément : optimiste et soleil » raconte-t-il. Solaire et optimiste, Opimasole l’est dans sa façon de dépeindre les âmes solitaires, les amours contrariés ou bien les choses perdues : « Dans la vie, on est tous exposés à ce genre de malheurs. Mais arrive toujours un moment où il faut se débarrasser de ce poids et avancer. C’est ce message que j’ai envie de transmettre dans mes planches. »

Opimasole a dessiné Polina, de la BD éponyme signé Bastien Vivès. Une héroïne flamboyante et humaine comme il les adore.

Polina, de la BD éponyme de Bastien Vivès, par Optimasole qui adore les héroïnes flamboyantes

Armé d’une poésie et d’une sensibilité dignes d’un album de Jirô Taniguchi, Opimasole offre dans ses billets des dénouements heureux, ainsi que la beauté de la nostalgie et des sentiments humains. Même pour quelqu’un de solitaire et d’indépendant, l’auteur sait s’entourer de bains de foule qu’il croque au détour d’une rue ou d’un couloir de métro. Mieux, il sait s’ouvrir à la place bondée qu’est le web.

Le web, carrefour de talents

Bien qu’il soit du genre à faire cavalier seul, Opimasole ne regrette pas de s’être lancé sur la toile : « Grâce à mon Tumblr, dessiner est devenu un rituel. Depuis que je l’ai ouvert, ma productivité, ma narration et mon sens de l’improvisation n’ont cessé de s’améliorer. » Plus qu’un terrain d’entraînement ou un journal intime, Internet est aussi une source d’émerveillement.

Sur Internet, comme dans la vie réelle, l'humain est un puits intarissable d'inspiration pour Opimasole.

Sur Internet, comme dans la vie réelle, l'humain est un puits d'inspiration pour Opimasole

Et pour quelqu’un qui a été témoin de la création web à l’autre bout du monde, Opimasole sait de quoi il parle. « En France, j’ai l’impression que la BD numérique reste moins populaire qu’en Corée du Sud par exemple. Les gens semblent avoir une plus grosse affection pour le papier, et personnellement, je les comprends...» confie-t-il le sourire aux lèvres. Car Opimasole a aussi des rêves d’édition papier. Entre une fiction sur les sentiments humains, et une BD reportage basée sur la véritable histoire d’une traversée en mer houleuse entrepris par un réfugié vietnamien, l’auteur n’a pas fini de faire de l’humain son sujet de prédilection.

Si vous ne trouvez pas Opimasole dans son atelier rêvé, vous pouvez toujours le croiser sur son Tumblr !

Si vous ne trouvez pas Opimasole dans son atelier rêvé, vous pouvez toujours le croiser sur son Tumblr !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants