icône accueil culturebdicône accueil over culturebd
culturebd - La culture a son image

Hiro Mashima, le magicien de Fairy Tail

Né en 1977 à Nagana, Hiro Mashima avait de bonnes fées au-dessus de son berceau : elles lui ont donné l’humour et l’imagination débridée qui donneront naissance à Fairy Tail, série qui se terminera cette année avec son 63e volume. Petit tour d’horizon de cet univers d’heroic fantasy aussi barré et touchant que son auteur.

Des débuts enchantés

Couverture du premier tome de Rave sorti en France

Couverture du premier tome de Rave
sorti en France

À 20 ans, l’autodidacte Hiro Mashima est déjà amoureux de la magie : l’histoire d’une soixantaine de pages qu’il présente directement à un éditeur s’intitule sobrement Magician. Ce premier manga qui met en scène les membres d’un club de magie sera immédiatement couronné du Prix Jeune Talent du Weekly Shônen Magazine.

Une première victoire pour Hiro Mashima qui ne s’arrête pas en si bon chemin : après une deuxième histoire courte qui met en scène 4 terminales, le jeune auteur peut lancer sa première série au long cours, Rave, dès 1999. Et la magie, l’action et l’humour sont au rendez-vous dès le premier chapitre !

Dans cette première série fleuve, Hiro Mashima s’attache à l’enthousiaste Haru, armé de la légendaire épée Ten Commandments, qui peut prendre 10 formes différentes. Ce jeune héros devra retrouver quatre fragments de la pierre Dark Ring, pour qu’ils ne tombent pas dans les mains de la terrible organisation Demon Card.

Une quête à travers le monde qui rappelle celle d’une série mythique qui l’a précédé dans le Weekly Shônen Magazine et qu'il admire : Dragon Ball et ses sept Boules de cristal à réunir. Mais la ressemblance s’arrête ici puisque Rave se situe dans un monde d’heroic fantasy où le mangaka met en place les ingrédients qui feront (aussi) le succès de Fairy Tail. En 35 volumes, le lecteur découvrira des créatures fantastiques, une amitié sans faille et un scénario qui alterne et mélange l’aventure avec des blagues de toutes sortes.

La magie du phénomène Fairy Tail

© 2006 Hiro MASHIMA/Kodansha Ltd.

Une fois l’ultime combat de Rave achevé, Hiro Mashima s’attelle à sa plus longue série à ce jour : Fairy Tail. Dans ce titre clin d’œil aux contes de fées (Fairy Tale en anglais), l’auteur place certains personnages de sa saga précédente mais change de narration.

Plutôt qu’une quête, il met en avant toute une guilde qui donne à ce nouveau shônen, la Fairy Tail. Pour faire découvrir cette équipe connue pour les nombreux dégâts qu’elle laisse derrière elle, le lecteur suit d’abord Lucy, jeune magicienne qui rêve de s’y intégrer. Elle croisera très vite deux membres de Fairy Tail : Natsu Dragnir, chasseur de dragons et son chat ailé, Happy.

De missions en coups de théâtre, on découvre les membres et l’histoire de la guilde, vraie équipe d’amis aux physiques avantageux. Pour créer plus de 11 000 pages de leurs aventures en moins de 12 ans, Hiro Mashima s’est entouré d’assistants, actuellement au nombre de quatre, qui s’occupent des décors et des finitions.

Portrait d'Hiro Mashima

Portrait d'Hiro Mashima

Et pour les guider, le mangaka a une technique bien particulière : il leur décrit les scènes en bruitage « Ici, ça fait bam ; là plutôt du boum » (Fairy Tail Plus). Et dans leur atelier, l’ambiance est autant à l’humour que dans Fairy Tail : entre les surnoms donnés à chacun, défis absurdes et chapeaux drôles, les nombreuses heures de travail journalières se passent dans la bonne humeur.

Alors que l’auteur annonçait que le 63e volume de Fairy Tail serait le dernier de la série, les aventures de ses héros s’étaient déjà écoulées à plus de 60 millions d’exemplaires dans le monde. Pour l’occasion, l’auteur sera de retour en France, non pas à Paris « ville qui l'inspire beaucoup » (interview du Monde du 8 juillet 2016) mais à Angoulême durant le Festival International de bande dessinée, qui lui dédie une exposition. Il y tiendra une Masterclass et donnera une conférence avec Reno Lemaire, auteur de Dreamland.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants