icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Les Gouttes de Dieu - T42

couverture de l'album

Série : Les Gouttes de Dieu - Tome : 42/44 - Éditeur : Glénat Manga

Scénario : Tadashi Agi - Dessin : Tadashi Agi

Collection : Seinen

Genre : Manga, Seinen

Public : À partir de 12 ans

Prix : 9.15€

Le résumé du manga

Ému par l’ex-mari d’Akie, Shizuku accepte de l’accompagner au Monopole afin qu’il puisse la revoir. C’est à cette occasion qu’il sent sur Akie une odeur qui l’intrigue : celle de la morphine…

De son côté, Tomine tente toujours d’aider Kyoka, atteinte d’Alzheimer, à retrouver ses souvenirs enfuis grâce au vin. La jeune femme voudrait retrouver le seul homme qu’elle a failli épouser, un vigneron…

Note culturebd 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

La critique culturebd

Les Gouttes de Dieu poursuit son intrigue dans le monde du vin avec l’affrontement de deux jeunes prodiges du vin s’affrontent en duel pour un héritage constitué de bouteilles fabuleuses. Ce tome 42 laisse un peu de côté la quête du 12e apôtre pour s’intéresser aux destins tragiques d’Akie et de Kyoka.

Accompagné de Sarah, Shizuku rencontre l’ex-mari d’Akie et accepte de lui faire rencontrer son ex-femme. Peu après, Shizuku partage une bouteille de champagne avec Sarah et les deux vont jusqu’à échanger un baiser. Pendant ce temps, Issei se démène pour aider Kyoka, frappée par la maladie d’Alzheimer, à retrouver une partie de sa mémoire et notamment un amour de jeunesse. Bien évidemment, le vin va être leur meilleur allié. Il va éveiller des souvenirs chez Kyoka et permettre à Issei de retrouver la piste du grand amour de la jeune femme.

Le scénario de ce 42e volume délaisse temporairement la quête de bouteilles hors du commun pour se concentrer sur l’accompagnement de personnes gravement malades. Le cancer de la sympathique Akie, un personnage secondaire mais attachant de la série, et la maladie d’Alzheimer de Kyoka sont au cœur de l’album. Ces thèmes tragiques sont traités avec sensibilité et délicatesse sans sombrer dans le sensationnalisme.

L’histoire est plus sombre que d’habitude mais reste plaisante à lire. Comme toujours, le dessin précis et réaliste d’Okimoto est parfaitement au service de l’histoire. Les portraits sont soignés, comme à l‘accoutumée, tandis que les paysages sont représentés de manière sublime, notamment ceux des vignobles.

Cet album de transition marque une pause dans la quête principale pour se concentrer sur les relations humaines. Gageons que cette trêve sera de courte durée car nous sommes à deux tomes seulement de la fin de la série.

Marlène Herbelin , le 21/05/2016

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants