icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Kasane - La Voleuse de visage - T6

couverture de l'album

Série : Kasane - La Voleuse de visage - Tome : 6/8 - Éditeur : Ki-oon

Scénario : Daruma Matsuura - Dessin : Daruma Matsuura

Genre : Manga

Public : À partir de 12 ans

Prix : 7.65€

Note culturebd 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

La critique culturebd

Nogiku a découvert le secret de Kasane et le pouvoir du rouge à lèvres. Le monde fragile de la voleuse menace de s’écrouler à tout moment face à la détermination de sa demi-soeur. Un sixième tome dans la lignée des précédents : haletant et réussi.

Après une discussion avec la mère de Nina qui confirme ses inquiétudes, Nogiku comprend avec horreur les mensonges et la fausse identité de Kasane. Elle s’introduit chez l’usurpatrice et tente de communiquer avec sa victime, toujours dans le coma. Ses plans de vengeance vont faire vaciller la vie bien rodée de sa demi-soeur, pour qui le danger n’a jamais été aussi proche.

Intense et toujours aussi prenant, le récit est une course qui emporte le lecteur dans rythme sans relâche. L’étau se resserre pour Kasane, et les apparences sur lesquelles elle s’est construite se fissurent. Nogiku et sa ténacité contrastent avec l’apparente tranquillité d’esprit acquise par sa demi-soeur au fil du temps. Les deux personnalités se complètent et se font écho dans leur force de vie et leur détermination.

Le trait toujours aussi souple et fin habille de nouveau le récit à la perfection. Porté sur les regards et privilégiant les plans serrés, il intensifie les scènes de ce manga. La tension palpable et les émotions amplifiées s’expriment avec fluidité et délicatesse. Les planches de scènes théâtrales, particulièrement réussies, suppléent le texte déclamé à merveille.

La force du dessin appuie efficacement l’intensité du récit. Daruma Matsuura parvient donc une fois de plus à nous plonger avec délice dans la sombre histoire de son héroïne !

Rachelle Gosselin, le 02/12/2016

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants