icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Kasane - La Voleuse de visage - T4

couverture de l'album

Série : Kasane - La Voleuse de visage - Tome : 4/8 - Éditeur : Ki-oon

Scénario : Daruma Matsuura - Dessin : Daruma Matsuura

Genre : Manga

Public : À partir de 12 ans

Prix : 7.65€

Le résumé du manga

“Si un jour ta vie devient trop insupportable, maquille tes lèvres, approche l’objet de ta convoitise et embrasse-le.” : Kasane continue à appliquer ce conseil...

Note culturebd 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.5

La critique culturebd

Le manga de Daruma Matsuura prend une nouvelle dimension dans ce quatrième tome. Nina est toujours dans le coma et Kasane peut donc poursuivre sans encombre son chemin vers la gloire. L’arrivée d’un nouveau personnage va menacer son monde fait d’illusions et de mensonges pour un volume fascinant...

La notoriété de Kasane explose après son époustouflante interprétation de Salomé sur scène. L’état de Nina ne s’améliorant pas, elle a maintenant tout le loisir d’évoluer sans obstacles. Mais un danger surgit, lié au passé de sa mère qui a elle-même volé le visage et la vie d’une autre. Nogiku, la fille de la malheureuse et demi-sœur de Kasane, refait surface après une vie de souffrances et de torture, prête à venger sa mère coûte que coûte...

L’arrivée de Nogiku donne un coup de fouet à l’intrigue. Ses souffrances passées rendent le récit plus sombre et plus profond. Elle apparaît comme l’exact opposé de Kasane, maudissant sa beauté qui ne lui sert qu’à survivre en vendant ses charmes au plus offrant... La rencontre bien retranscrite entre les deux femmes laisse transparaître une admiration et un respect mutuel. Sans savoir qui elles sont, elles se rapprochent. Le suspense fonctionne et donne envie au lecteur de connaître l’issue de cette amitié.

Le trait prend ici toute sa force dans la rencontre entre Kasane et Nogiku. Privilégiant gros plans et plans rapprochés, il colle parfaitement au récit. Les cases, moins nombreuses mais plus grandes, rendent les scènes quasi cinématographiques. Appuyée, l’expressivité des deux sœurs permet d’approcher leurs émotions de très près. Les angles d’approche et les détails maîtrisés servent le rythme soutenu et régulier tout au long de l’histoire. Toujours aussi hypnotique, le dessin illustre l’intrigue avec justesse et intensité.

On prend avec plaisir le nouveau virage de cette cruelle histoire dont on attend la suite avec impatience !

Rachelle Gosselin, le 16/07/2016

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants