icône accueil culturebd icône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Ajin - T6

couverture de l'album

Série : Ajin - Tome : 6/8 - Éditeur : Glénat BD

Scénario : Gamon Sakurai - Dessin : Gamon Sakurai

Genre : Manga, Seinen

Public : À partir de 16 ans

Prix : 7.60€

Le résumé du manga

Le leader terroriste Sato, fort d’un nombre accru de sympathisants, poursuit sa série d’assassinats. Prêt à tout pour le vaincre, Kei décide de faire front commun avec Tosaki, le chef du comité de gestion des ajin. La situation du jeune immortel prend alors une toute nouvelle tournure. Face à un ennemi de plus en plus violent, l’union fera-t-elle la force ?

Note culturebd 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

La critique culturebd

Sato, de plus en plus dangereux, s’attaque à chaque membre important de l’équipe chargée de l’éliminer. Nagai, obligé de quitter son havre de paix, a compris que pour s’en sortir, il devra s’allier avec l’inspecteur Tosaki. Cette nouvelle alliance va le bousculer bien plus qu’il ne l’avait imaginé et nous fournir un récit de transition agréable à lire.

Kei Nagai et Tosaki ont décidé de travailler ensemble pour arrêter Sato. Mais avant l’affrontement, il faut préparer Nakano et Nagai car ils ne font pas le poids face à l’expérience de leur ennemi. Ils intègrent donc un centre d’entraînement tant physique que psychologique.

Ce sixième tome d’Ajin est centré sur la nouvelle alliance formé par Tosaki, son équipe et le duo formé par Nagai et Nakano. Grâce à un flash-back au milieu du manga, le passé apporte une éclairage intelligent sur plusieurs personnages. Tandis que Nagai doit apprendre à mieux se connaître pour enfin maîtriser son pouvoir, Nakano, un peu délaissé dans ce volume, est traité de manière un peu caricaturale comme le brave gars sympa qui n’arrive à rien. Ce cinquième tome marque une pause dans l’intrigue pour préparer l’affrontement final et se lit avec plaisir malgré quelques erreurs de syntaxe dans certaines cases.

Le dessin reste de bon niveau même si le décor est souvent réduit à sa plus simple expression. Les cases, essentiellement centrées sur les visages des personnages, tentent de mieux cerner leur personnalité. Ce choix paie grâce aux traits clairs et expressifs. Quant aux très rares scènes de combat, elles bénéficient d’un bon dynamisme qui les rend réelles.

La série Ajin vient d’accomplir une transition réussie avant d’entamer ce qui pourrait être son dernier coup d’accélérateur.

Damien Sirven, le 19/08/2016

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants