icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Ajin - T5

couverture de l'album

Série : Ajin - Tome : 5/8 - Éditeur : Glénat Manga

Scénario : Tsuina Miura - Dessin : Gamon Sakurai

Collection : Seinen

Genre : Manga, Seinen

Public : À partir de 16 ans

Prix : 7.60€

Le résumé du manga

À Tokyo, Sato fait régner la peur par la terreur au nom de la défense des droits des Ajin. La psychose s'empare du Japon et gagne même le paisible village où Kei avait trouvé refuge. Les regards se font bientôt assassins : il lui faut reprendre la fuite, en compagnie d'un “allié” quelque peu encombrant…

Note culturebd 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

La critique culturebd

Alors que Sato a mis à exécution son plan anti-humanité, Tosaki, lui, prépare son arrestation. Pendant ce temps Koh, qui avait échappé à Sato, se retrouve à présent prisonnier de Kei qui cherche à protéger son havre de paix. Le temps de l’affrontement arrive avec fracas, sous haute tension.

Après le crash de l’avion qu’il a provoqué, Sato se relève des ruines et commence son show à la télé en annonçant la suite des opérations meurtrières qu’il a prévu. Kho tente de s’échapper du camion où il est prisonnier et Kei fait tout ce qu’il peut pour rester en dehors de l’affrontement entre Ajins et humains. Sa neutralité cessera une fois les images de Sato diffusées...

Pas le temps de souffler dans ce cinquième volume scénarisé par Tsuina Miura, empli d’action de la première à la dernière page du tome. L’histoire se déroule sur plusieurs lieux d’opération, où tout va très vite tout en étant particulièrement bien orchestré. Comme le lecteur, les personnages sont mis sous forte tension. Chaque protagoniste va devoir faire des choix rapides, les poussant sur le fil du rasoir. La violence se trouve partout, sous de multiples formes : celle des combats menés par Sato et son équipe, celle psychologique de la pression mise sur les épaules de Tosaki par sa hiérarchie et celle du choix que doit faire Kei.

Le dessin de Gamon Sakurai garde la force qu’il a depuis le début. Toujours aussi clair, précis et dynamique, il offre à chaque scène d‘action un réalisme percutant. Les visages expressifs montrent bien le stress de tous, excepté Sato, imperturbable dans son idée terrible.

Ce cinquième volume ouvre avec succès une nouvelle étape pour la série toujours palpitante.

Damien Sirven, le 07/06/2016

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants