icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

A Silent Voice - T1

couverture de l'album

Série : A Silent Voice - Tome : 1/7 - Éditeur : Ki-oon

Scénario : Yoshitoki Oima - Dessin : Yoshitoki Oima

Genre : Manga, Shonen

Public : De 9 à 15 ans

Prix : 6.60€

Voir la bande-annonce

Le résumé du manga

Shoko Nishimiya est sourde depuis sa naissance. Même équipée d’un appareil auditif, elle peine à saisir les conversations, à comprendre ce qui se passe autour d’elle. Effrayé par ce handicap, son père a fini par l’abandonner, laissant sa mère l’élever seule.

Quand Shoko est transférée dans une nouvelle école, elle s’emploie à surmonter ses difficultés mais, malgré ses efforts pour s’intégrer dans ce nouvel environnement, rien n’y fait : les Lire la suite...

Note culturebd 5.0

Scénario

4.5

Dessin

5.0

La critique culturebd

Quand Shoya, l’électron libre de la classe, rencontre Shoko, malentendante, ça fait mal. Il va tester sur elles toutes sortes de vacheries que font les gamins. L’histoire de ces deux enfances terribles permet à ce manga de parler de handicap et d’exclusion sans verser dans le cliché. Un premier tome dur et impressionnant de justesse.

Shoya, casse-cou indécrottable, cherche sans cesse de nouvelles bêtises à tester afin de retenir l’attention de ses camarades. Pour faire le pitre en classe, il trouve rapidement son sujet préféré : faire des expériences sur Shoko, la nouvelle arrivée. Malentendante, elle s’excuse à chaque fois que l’on embête, ce qui, aux yeux de Shoya le bagarreur, ne fait qu’aggraver les choses. L’escalade de l’exclusion quotidienne ne fait que commencer...

La couverture aux couleurs chaudes et le dessin très doux des personnages ne doivent pas cacher à quel point ce manga concilie violente justesse et traitement sans fard du handicap. Sans tomber dans le misérabilisme, A Silent Voice souligne la cruauté qui peut émaner d’une classe. La moquerie qui s’abat sur la trop gentille Shoko est mise en regard avec l’exclusion qui touche Shoya, leader exposé à la solitude.

Pas de grands discours sur le handicap, mais des exemples qui parlent : des camarades qui se moquent d’une prononciation approximative, le refus d’apprendre la langue des signes, car « c’est aux handicapés de faire des efforts et non l’inverse », la perception d’une différence comme d’une charge... Le dessin appuie ces réactions épidermiques par la mise en avant des visages expressifs. Si quelques paysages sont intégrés à ce premier opus, ils ne sont là que pour souligner l’isolement des deux héros.

Alors que ce volume se clôt sur un bond des années plus tard, on attend avec impatience le développement de cette voix silencieuse déjà très prometteuse !

Assaya Guillem, le 22/01/2015

Critiques Presse

Note moyenne : 4.6 pour 4 critiques presse

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (2)

a donné son avis :

note de la critique de SuperMax

ar rapport aux shonens classiques que je lis d'habitude, ici, j'ai pris une claque... Non pas que les dessins soient à couper le souffle, mais l'histoire est particulièrement forte à mes yeux.
Particulièrement émue par l'histoire de Yuzuru...

Posté le 23/01/2015 à 23h07

a commenté :

Par rapport aux shonen classiques que je lis d'habitude, ici, j'ai pris une claque... Non pas que les dessins soient à couper le souffle, mais l'histoire est particulièrement forte à mes yeux.
Particulièrement émue par l'histoire de Yuzuru...

Posté le 23/01/2015 à 23h02