icône accueil culturebd icône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

I hate Fairyland - T1

couverture de l'album

Série : I hate Fairyland - Tome : 1/1 - Éditeur : Urban Comics

Scénario : Skottie Young - Dessin : Skottie Young

Collection : Indies

Genre : Humour

Public : À partir de 12 ans

Prix : 10.00€

Voir la bande-annonce

Le résumé du comics

Gertrude, petite fille de six ans au tempérament de feu, se retrouve subitement aspirée par la moquette de sa chambre, prisonnière d’un monde magique exubérant. Vingt-sept longues années de captivité et de bain de sang durant lesquelles son seul désir aura été de trouver le moyen de rentrer chez elle. Bienvenue au royaume de la reine Cloudia, des hommes-champignon, des faunes zombies et des haches géantes sanguinolentes. Bienvenue à Fairyland.

I Lire la suite...

Note culturebd 3.0

Scénario

2.5

Dessin

3.0

La critique culturebd

Gertrude se fait absorber par sa moquette et se retrouve dans un monde adorable, qu’elle va adorer dézinguer, massacrer ou ruiner ! I hate Fairyland transforme une quête a priori banale dans un monde de sucreries joyeux et enchanté en massacre jouissif. Un peu comme si Kid Paddle avait absorbé Kill Bill et Mon petit Poney ! Pas mal pour qui fait une overdose de mignonnerie !

Dans ce comics complètement déjanté et survolté, la charmante petite fille aux cheveux verts et aux joues roses qu’est Gertrude se retrouve dans un monde enchanté plein de sucreries et de personnages colorés et gentils. Sauf qu’au bout de 27 ans, la quête n’est toujours pas finie et la reine de Fairyland en a ras le berlingot de voir la petite peste détruire son joli royaume.

Même si l’intrigue n’est pas des plus profondes, puisqu’elle parodie les quêtes telles qu’on les retrouve dans les jeux vidéo, on s’amuse à suivre la petite Gertrude et son criquet directeur de conscience fort peu efficace... La jeune fille a une façon expéditive et sanguinolente de régler les conflits qui dépote... C’est un peu absurde, follement violent et un peu drôle sans être hilarant.

À l’image du scénario, le dessin décalé et trash déborde de viscères et de boyaux. Dans ce jeu de massacre fort réjouissant, les couleurs ultra-sucrées et s’avèrent parfaites pour décrire cet univers adorable jusqu’au dégoût. Le coup de crayon inventif, détaillé et bien exécuté rend justice à toutes les scènes, de massacre ou de câlin...

Si le récit ne surprend pas vraiment, son ton décalé fait du bien.

Laure Enne, le 01/03/2017

Critiques Presse

Note moyenne : 3.5 pour 2 critiques presse

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants