icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Little England - T1 : Ruby

couverture de l'album Ruby

Série : Little England - Tome : 1/1 - Éditeur : Zéphyr

Scénario : Jean-Claude Van Rijckeghem, Jean-Claude Van Rijckeghem - Dessin : Thomas Du Caju

Public : À partir de 6 ans

Prix : 14.00€

Le résumé de l'album

Novembre 1941. "Petite Angleterre" ou la ville de Moulmein, en Birmanie est une contrée lointaine de l'empire britannique. JONATHAN, 16 ans, fils du colonel, va à l'école dans les environs de la base aérienne, mais il connaît aussi la véritable Birmanie, celle des pagodes, des rebelles bouddhistes et du célèbre night-club "Blue Moon". Le pilote américain ARCHIE, parvient à l'introduire discrètement dans ce repaire digne des mille et une nuits, Lire la suite...

Note culturebd 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.0

La critique culturebd

Sur le littoral de la mer d’Andaman, Moulmein (aujourd’hui Mawlamyine) était surnommée Little England. L’histoire débute fin 1941, sept ans avant l’indépendance de la Birmanie. Jonathan, 16 ans, est chargé par son père, le commandant de la base aérienne locale, de faire découvrir la ville à Archie, un pilote américain de passage. En à peine quelques pages, le lecteur est happé par cette série classique d’aventures sur fond de guerre.

L’adolescent est en conflit avec son paternel qu’il juge responsable du décès de sa mère birmane. Malgré leur différence d’âge, le courant passe très vite entre Jonathan et Archie qui l’entraîne un soir au Blue Moon, un cabaret où se produit l’envoûtante Ruby. Il charge Jonathan de lui arranger un rendez-vous avec la chanteuse mais celui-ci tombe à son tour amoureux de la belle...

Et, alors qu’ils découvrent la présence de chasseurs nippons au cours d’un vol de reconnaissance, l’aviation japonaise bombarde Pearl Harbor. La guerre est déclarée. Classique au bon sens du terme, l’intrigue imaginée par Jean-Claude van Rijckeghem est bien rythmée avec ce qu’il faut d’exotisme, de charme et d’action pour tenir en haleine le lecteur de bout en bout.

Un brin académique, le dessin de Thomas du Caju, inspiré par la BD américaine, est au diapason pour servir au mieux le scénario même si la mise en couleur informatique laisse quelque peu à désirer. L’album aurait sûrement été plus attrayant en noir et blanc comme en témoignent les crayonnés illustrant les pages de garde.

Little England n’est pas une série qui vise à révolutionner l’histoire de la bande dessinée, mais juste d’occasionner un bon moment de lecture, objectif clairement atteint avec ce premier tome.

Serge Buch, le 10/03/2017

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants