icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Le Haut Palais - T1 : Le Pacte d'Obsidian

couverture de l'album Le Pacte d'Obsidian

Série : Le Haut Palais - Tome : 1/1 - Éditeur : Glénat BD

Scénario : Mike Carey - Dessin : Peter Gross

Collection : Hors Collection

Genre : Aventure, Fantastique

Public : À partir de 12 ans

Prix : 14.95€

Le résumé de l'album

Dans le pays d’Ossaniul, il existe une forteresse aussi démesurée qu’inaccessible : le Haut Palais. En maîtres des lieux, les membres de la noble famille d’Aldercrest y règnent sur une véritable armée d’esclaves. Au plus bas de l’échelle, le jeune Moth effectue les tâches les plus ingrates et a raisonnablement peu d’espoir de vivre longtemps. Jusqu’au jour où il fait la connaissance d’Obsidian, une mystérieuse entité prisonnière des lieux qui Lire la suite...

Note culturebd 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

La critique culturebd

Le pays d’Ossaniul a été envahi il y a longtemps... Parmi les vainqueurs, la famille Aldercrest s’est emparée de la forteresse démesurée et inaccessible qu’est Haut Palais. Dans ce lieu immense s’affaire toute une armée d’esclaves dont fait récemment parti le jeune Moth. Ce dernier était promis à un futur sans espoir jusqu’à ce qu’une entité oubliée le contacte... S’ouvre alors un récit initiatique merveilleux en tout point...

Cael Extat, l’intendant de la maison Aldercrest, s’arrête dans un petit village pour acheter des esclaves. La nouvelle se répand vite et chacun vient avec ce qu’il a à vendre. Le jeune Moth et sa sœur Jet sont proposés par leur mère qui espère ainsi nourrir le reste de la famille. Seul le garçon sera vendu...

Arrivé dans le château du conte, le mystère règne... Différents personnages sont troubles, achevant de planter le décor avant l’arrivée de l’entité surnaturelle, Osidian. L’histoire du pays, inspirée des Balkans du XVIe siècle, est présentée à la manière d’un conte, afin de donner des bases crédibles et compréhensibles à la magique qui entoure ce récit. Cerise sur le gâteau, les personnages de Cael et Moth sont particulièrement réussis : on ressent aussi bien la complexité du premier et la vive intelligence du second.

Le dessin joue sur une apparente naïveté des lignes agrémentée de couleurs surannées. Derrière cette simplicité, on découvre vite à quel point le travail ciselé participe à la mise en place de sens cachés. L’atmosphère des lieux renforce l’intrigue déjà captivante.

Le pacte d’Obsidian se met en place en douceur, promettant une série pleine de mystères...

Damien Sirven, le 12/07/2017

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants