icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

La Déconfiture - T1

couverture de l'album

Série : La Déconfiture - Tome : 1/1 - Éditeur : Futuropolis

Scénario : Pascal Rabaté - Dessin : Pascal Rabaté

Genre : Historique

Public : À partir de 16 ans

Prix : 19.00€

Le résumé de l'album

Et nous, qu’aurions-nous fait alors ? Soldat du 11e régiment, Videgrain est à moto, sur les routes... les Allemands ont enfoncé tous les fronts. C’est la débâcle. Les Stukas bombardent en piqué les populations civiles et militaires qui fuient l’avancée allemande. La route est jonchée de cadavres. Videgrain est chargé de veiller les corps sans vie de ses camarades massacrés par les avions ennemis. Mais alors qu’il peut enfin rejoindre son Lire la suite...

Note culturebd 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

La critique culturebd

La Seconde Guerre mondiale démarre et c’est déjà la déconfiture pour les troupes françaises. Le soldat Videgrain veille sur les corps. Mais au moment de repartir, il découvre une balle logée dans le réservoir de sa moto. Première partie réussie, texte comme graphisme, de cette histoire ubuesque et pourtant troublante de réalité.

1940. Dans les campagnes françaises, c’est la lose, la débâcle, la déconfiture. Allemands partout, Français nulle part. Au bord des routes, les corps s’empilent. Videgrain, soldat du 11e régiment, veille sur ce champ de ruines. Mais au moment de repartir, il remarque qu’une balle perdue a percé le réservoir de son tromblon. Enfer et damnation. Commence alors une fresque guerrière surréaliste.

La Déconfiture

Le style Rabaté se reconnaît entre mille. Par son humour sans concession, sa vision réaliste de l’histoire, son scénario construit et ce je-ne-sais-quoi qui nous replonge dans l’authenticité de cette France d’avant. Situations cocasses dans un contexte macabre, répliques assaisonnées aux petits oignons... Videgrain est un guide de choix dans ce monde de décombres, cette désillusion.

Esthétique dans Ibicus, savoureux dans Les petits ruisseaux, touchant dans Le petit rien tout seul avec un ventre jaune, le trait de Rabaté gagne en épaisseur-profondeur avec la maturité. Le dessinateur ne se laisse pas conter la guerre : il se l’approprie en livrant un dessin aussi ciselé que son texte. Travail d’orfèvre à l’horizon pour peindre un tableau où rien ne manque : les relations, les scènes cocasses entre ces croque-morts d’un nouveau genre, le drôle de climat ambiant...

Pascal Rabaté, le plus cinéaste des auteurs de bande dessinée, montre une nouvelle fois sa rigueur du mouvement dans la case et le recul dont il sait faire preuve sur son histoire. À travers le regard et le ressenti de ce soldat condamné à veiller les morts, c’est tout le récit de cette période noire qui se cristallise.

Pierrot Fontanier, le 02/09/2016

Pour aller plus loin

Anecdotes

Critiques Presse

Note moyenne : 4.4 pour 5 critiques presse

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (3)

a donné son avis :

note de la critique de Morbus Nicholas

Un tres bon moment de lecture, narrative et graphique... Et que dire des bons mots de Rabaté qui jonchent la débâcle de la France pendant la deuxième guerre mondiale. Une lecture de la guerre différente.

Posté le 21/11/2016 à 10h32

a commenté :

Les premières planches sont magnifiques, les textes - comme d'hab avec Rabaté - font mouches. Un album qui fait bien envie pour MA rentrée :-)

Posté le 22/08/2016 à 14h07

avatar de L'historien

a commenté :

Je l'ai acheté hier après-midi à mon libraire Le Divan. J'ai pu voir Pascal Rabaté dédicacer... Lecture ce soir de la Déconfiture !

Posté le 04/09/2016 à 18h11