icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

L'Adoption - T2

couverture de l'album

Série : L'Adoption - Tome : 2/2 - Éditeur : Grand Angle

Scénario : Zidrou - Dessin : Arno Monin

Genre : Récit de vie

Public : Tout public

Prix : 14.90€

Le résumé de l'album

Qinaya est repartie. Après l’arrestation de ses parents adoptifs pour enlèvement, elle a regagné son Pérou natal. Après un an et demi de recherches, Gabriel, son « grand-père » de France, se rend à Lima pour la retrouver. Mais le vieux bourru va aller de désillusion en désenchantement, car en 18 mois, la petite a changé, elle a grandi… et elle a oublié son séjour en France. Elle a oublié son « achachi », son grand-père…

Note culturebd 5.0

Scénario

5.0

Dessin

4.5

La critique culturebd

Le premier tome de L’adoption s’achevait sur un coup de théâtre inattendu : en fait, la petite Qinaya avait été enlevée par ses parents adoptifs. Gabriel, le grand-père, qui s’était tant attaché à la gamine, finit par se rendre au Pérou pour essayer de la retrouver. Arno Monin et Zidrou concluent brillamment leur très émouvante histoire.

Dix-huit mois se sont écoulés depuis que Qinaya a été rapatriée dans son pays natal. L’événement a provoqué un véritable tsunami dans la famille Van Oosterbeeck : Gabriel est brouillé avec son fils, qui purge une peine de prison pour rapt d’enfant. Le couple que ce dernier formait avec Lynette n’a pas résisté à l’épreuve et mamie Risette, la grand-mère, est en phase de dépression chronique.

S’étant arrogé les services d’un détective privé qui a retrouvé la trace de Qinaya, Gabriel débarque à Lima pour la revoir. Dans sa quête, il va se lier d’amitié avec un autre Belge, qui lui est à la recherche du corps de sa fille, victime d’un séisme. Sous le poids du fardeau moral que chacun d’eux porte en lui, ensemble ils seront plus forts.

Dès la première page, nous sommes prévenus : « « end » et « happy » ne feront jamais bon ménage ». Et, loin de se conclure d’une manière convenue, le récit de Zidrou ne cesse de sortir des sentiers battus avec une émotion dépourvue de tout sentimentalisme qu’un tel sujet aurait pu générer. On est admiratif devant ses dialogues, si finement ciselés, où l’humour pointe dans les moments les plus difficiles et qui coulent de la bouche de ses personnages avec un rare naturel.

Lumineux, inspiré, énergique, expressif et chaleureux, le trait et le travail sur les couleurs d’Arno Monin servent admirablement cette histoire : ce voyage au Pérou l’a profondément inspiré. Une réussite à tous les égards qui, espérons-le, incitera ce tandem à se reformer pour de nouveaux projets.

Serge Buch, le 09/06/2017

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants