icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Jour J - T28 : Jour J 28. L'aigle et le cobra

couverture de l'album Jour J 28. L'aigle et le cobra

Série : Jour J - Tome : 28/30 - Éditeur : Delcourt

Scénario : Fred Duval, Jean-Pierre Pécau - Dessin : Fafner

Collection : Néopolis

Genre : Historique

Public : Tout public

Prix : 14.95€

Le résumé de l'album

Menacée par une armée égyptienne menée par Antoine et Cléopâtre, Rome envoie Brutus pour convaincre Jules César d’aller vers les envahisseurs pour négocier. Aujourd’hui aveugle et retiré des affaires du monde, César accepte sans ignorer que Rome reste aux mains de Pompée, son éternel rival, et qu’il devra probablement affronter toutes les traîtrises, y compris celles de ses plus intimes alliés.

Note culturebd 4.0

Scénario

3.5

Dessin

4.5

La critique culturebd

Dans ce 28e tome de Jour J, Marc-Antoine et Cléopâtre débarquent en Italie avec une armée, marchant sur Rome, aux mains du tyran Pompée. Brutus, fils de César, va retrouver son père pour lui demander de sauver Rome dans cette suite inspirée de La République des esclaves.

En 5O avant Jésus Christ, Brutus va retrouver César, aveugle, dans sa retraite. L’heure est grave, puisque Rome est menacée par Marc-Antoine et Cléopâtre. L’illustre César est l’unique espoir de la ville pour servir de médiateur entre Marc-Antoine, un de ses anciens officiers, et Pompée, son rival heureux. Malgré sa cécité, Jules César accepte de rencontrer Marc-Antoine pour sauver Rome.

Posée dans La République des esclaves, la mésaventure de César ne pouvait pas rester sans suite. C’est chose faite avec ce scénario très habile qui détourne l’histoire d’une bataille vieille de huit ans qui a mis César sur la touche. Le retour de ce vieux général en tant que sage est très bien orchestré : les amateurs de manipulation et de trahison en auront pour leur compte.

Les clins d’œil à la vérité historique par le biais de phrases célèbres sont simplement jouissifs. Le lecteur se laisse conduire avec avidité par les personnages clés dans cette uchronie. Seule la dernière image bien que passionnante sur les conséquences qu’elle ouvre est peu crédible, car elle repose sur Germanicus, général romain qui ne pouvait naître dans cette version de l’histoire.

Le dessin au décor précis et aux couleurs légèrement fanées ouvre aisément les portes de la Rome antique. Grâce à son trait anguleux, les personnages ont tous une forte présence qui correspond parfaitement à leur soif du pouvoir inextinguible.

L’Aigle et le Cobra passionnera les amoureux d’Antiquité revisitée...

Damien Sirven, le 23/06/2017

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants