icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Enormous - T1

couverture de l'album

Série : Enormous - Tome : 1/1 - Éditeur : Ankama

Scénario : Tim Daniel - Dessin : Mehdi Cheggour

Collection : Label 619

Genre : Fantastique

Public : À partir de 16 ans

Prix : 15.90€

Le résumé de l'album

Les principales villes d’Amérique du Nord sont attaquées par de gigantesques créatures aux origines mystérieuses qui sèment la mort et la destruction dans leur sillage. Y survivrez-vous ?

Note culturebd 3.5

Scénario

3.5

Dessin

3.5

La critique culturebd

L’apocalypse est là. Des monstres géants apparaissent partout en Amérique du Nord et y sèment la destruction... Ellen Grace tente de survivre au beau milieu des combats titanesques entre les monstres et l’armée. Sa fin du monde classique a le mérite de mettre le lecteur sous tension.

En Arizona, trois jeunes hommes s’enfoncent dans un tunnel que l’on dit maudit. Cette aventure va mal finir, vu qu’ils vont rencontrer une forme de vie particulièrement envahissante... Peu de temps après, le résultat de cette rencontre mortelle est présenté dans le Bureau ovale mais il est déjà trop tard...

Enormous démarre rapidement et laisse très peu de répit à Ellen Grace comme au lecteur... Dans ce aventure aux allures de fin du monde, l’héroïne est prisonnière du rythme scénaristique qui la pousse de rencontre en rencontre, la laissant seulement parer les coups. Parallèlement à Ellen, le récit suit le sort de Joanne Coyle, réfugiée dans le bunker de son père.

Malgré une intrigue qui induit parfois une relecture de certains passages et un début en espagnol non traduit, on s’accroche à ces personnages qui se battent comme ils peuvent pour rester en vie. Le temps de la réflexion et d’un début d’explication, peu surprenante, arrive vers la fin du tome.

Ce récit est soutenu par un dessin très réaliste au niveau des textures, des visages et des destructions. Le découpage explosif des pages renforce le dynamisme d’un trait déjà acéré. Quant aux monstres, leur design fantasmagorique livre déjà des indices sur les explications à venir... Seule ombre au tableau, les couleurs très fortes et les jeux de lumière poussés saturent parfois l’œil qui ne sait plus où se poser.

Le premier tome accrocheur d’Enormous ouvre une apocalypse particulièrement riche en action, parfois trop.

Damien Sirven, le 07/03/2017

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants