icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Elfes - T17 : Le Sang noir des Sylvains

couverture de l'album Le Sang noir des Sylvains

Série : Elfes - Tome : 17/17 - Éditeur : Soleil

Scénario : Nicolas Jarry - Dessin : Gianluca Maconi

Collection : Heroic fantasy

Genre : Heroic fantasy

Public : Tout public

Prix : 14.50€

Le résumé de l'album

Ilaw a sept ans quand ses parents l’abandonnent. C’est à son oncle, un bâtard de Sylvain et de Bleu, capitaine de navire, que revient la tâche de l’élever. Au fil des années, le jeune elfe oublie tout de sa vie dans la forêt. Après plus d’une décennie passée en mer à voguer de port en port, son oncle se fait tuer. Ilaw est alors livré à lui-même. Fuyant l’avancée des goules, il rencontre Ora, la reine de la forêt de Duhann.

Il pense avoir enfin Lire la suite...

Note culturebd 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

La critique culturebd

L’Elfe Ilaw connaît une enfance et une adolescence très difficiles, qui cachent un lourd secret qu’il porte en son cœur d’Elfe sylvain exilé. La bataille contre les Goules est enfin terminée et il est temps pour Nicolas Jarry de s’intéresser à un nouveau personnage sombre des Sylvains, ainsi qu’à un nouveau Nain fascinant. Le tout est illustré de façon dynamique et plaisante par Gianluca Maconi.

Rejeté par les siens dès son plus jeune âge après la mort tragique de sa sœur, élevé par un oncle bleu brutal mais affectueux, Ilaw porte en son sein un lourd secret. Traqué par la citadelle de Slurce, cet Elfe né noir mais jamais converti aura besoin de toute l’aide du Nain exorciste Sriza pour survivre.

Les Elfes sylvains de cet univers représentaient pour l’instant la droiture quelque peu ennuyeuse du mythe tolkienien aux oreilles pointues : Nicolas Jarry ajoute dans ce nouveau récit une pincée de tueur en série à la Dexter à son héros Ilaw. Si la référence au chevalier sombre est quelque peu évidente, ce nouveau tome d’Elfes se distingue par ses personnages forts et attachants, de l’oncle bleu Astaran au génial Nain Sriza.

Côté dessin, Gianluca Maconi gère bien les différentes scènes de combat sanglant de ce tome et la rencontre de pas moins de trois races d’Elfes et une de Nain. Les personnages bien ciselés sont dépeints avec un trait noir prononcé utilisé à bon escient. Les couleurs, légèrement trop saturées, ne gâchent pas le plaisir de lecture.

Le côté obscur a toujours exercé une fascination plus forte que la lumière. Après les Elfes noirs assassins, blancs décimés, semi-bâtards, voici que la corruption s’empare des sylvains en Ilaw. Si Nicolas Jarry tombe dans une certaine facilité, il crée de puissants personnages et attise très bien notre désir pour le prochain tome de Nains, consacré au fascinant exorciste Sriza. A suivre, donc !

Gilles Vanel , le 06/06/2017

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants