icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Agnès - T1 : Les mystères de Planctonville

couverture de l'album Les mystères de Planctonville

Série : Agnès - Tome : 1/1 - Éditeur : Jungle

Scénario : Kati Narhi - Dessin : Kati Narhi

Prix : 11.95€

Le résumé de l'album

Agnès est orpheline et n’a pas la langue dans sa poche. Ses parents, deux archéologues, ayant mystérieusement disparu dans les catacombes de Paris, elle a été recueillie par sa grand-mère un peu fofolle. Mais Agnès ne se satisfait pas des explications données par les adultes et se met en quête de la vérité sur cette disparition inexpliquée. Ce premier tome est un recueil de petites scènes de la vie quotidienne d’Agnès : on fait connaissance avec Lire la suite...

Note culturebd 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.0

La critique culturebd

Les Mystères de Planctonville, premier tome d’une trilogie décalée consacrée aux aventures d’Agnès, présente cette jeune fille au physique ingrat. Sous la plume de la Finlandaise Kati Närhi cette jeune orpheline curieuse et très douée pour exploiter les faiblesses de son entourage vit des péripéties sympathiques.

La jeune Agnès est a priori mal partie dans la vie mais sa débrouillardise, sa précocité et son cynisme lui permettent de se sortir de toutes les situations. N’hésitant pas à recourir au chantage, à écouter aux portes ou à manipuler les gens, Agnès s’efforce de percer tous les mystères qui entourent son existence et notamment celui de la disparition de ses parents dans les catacombes de Paris.

Le scénario se présente sous la forme de petits récits indépendants de quelques pages qui lèvent petit à petit le voile sur la famille d’Agnès. Ce choix de format habile est un peu plombé par la qualité inégale des histoires. Heureusement, l’intrigue, rehaussée par l’ambiance gothique et mystérieuse, a aussi comme qualité la galerie de personnages déjantés qui peuplent ses pages. Si le scénario de Kati Närhi ne manque pas d’humour, il souffre malheureusement d’une traduction souvent maladroite et du manque de charisme de l’héroïne.

Le dessin très simple mais expressif rappelle l’univers de Tim Burton ou de la famille Addams avec ses personnages aux traits figés et inquiétants. Le découpage en gaufrier classique avec peu de cases par page facilite la lecture au détriment cependant de décors plus fouillés. Heureusement, le faux noir et blanc qui fait largement appel à des aplats de bleu rend hommage à une ambiance adorablement lugubre...

Si ce premier tome laisse un peu sur sa faim malgré quelques fulgurances, espérons que le rythme s’emballera dans les albums suivants.

Marlène Herbelin , le 18/04/2017

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants