icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Pause

couverture de l'album Pause

Éditeur : La Cafetière Editions

Scénario : Fabcaro - Dessin : Fabcaro

Genre : Humour, Récit de vie

Public : À partir de 12 ans

Prix : 13.00€

Le résumé de l'album

De cette période "un peu flottante", Fabcaro réalise un album dans la logique de continuité de thèmes qui lui sont chers. On retrouve ainsi son talent à dépeindre avec humour ses travers et défauts, à traiter de sujets profonds sans lourdeur, à en donner une perspective qui nous touche en miroir.

Des éléments toutefois étonnants, avec une couverture à l'identité graphique forte où le titre est symbolisé par le logo "Pause" et une oeuvre Lire la suite...

Note culturebd 4.0

Scénario

4.0

Dessin

3.5

La critique culturebd

Fabcaro revient à l’autobiographie : humour et autodérision sont de retour dans cette Pause bienvenue pour un auteur en proie au doute.

Fabcaro a commencé sa carrière avec des bandes dessinées à la tonalité intimiste où il racontait, avec beaucoup d’humour et de recul, ses doutes et ses espoirs. Depuis il a cartonné avec Zaï Zaï Zaï Zaï et s’est mis à la BD plus grand public en reprenant des mythes comme Zorro ou la suite d’Achille Talon ou de Gai Luron. À tel point, qu’une pause s’impose.

Retour à la terre donc pour cet auteur talentueux et retour aux origines. Tout comme à ses débuts, son scénario est rythmé par des tranches de vie où l’humour prédomine une nouvelle fois et où le personnage attendrit plus qu’il n’agace en dépit de ses interrogations constantes. Si les problèmes de communication ou d’hypocondrie sont encore bien présents, c’est cette fois-ci le manque d’inspiration, les doutes d’un auteur apparemment surpris par son succès qui servent de fil directeur. D’un cas personnel, Fabcaro, et c’est sa force, touche de nouveau et permet l’identification et de se demander avec lui : Suis-je vraiment à ma place et légitime ?

Le dessin, tout comme l’écriture a gardé la même simplicité qu’au début. Son côté fanzine rafraîchissant permet d’adhérer à un propos dépouillé et sincère. On sent le dessin à l’envie, pour porter un propos sans calculs. Là aussi, l’auteur se remet en question. Las de son image, il tente même de se représenter sous les traits de Donald avant d’abandonner par fainéantise...

Retour à la source et à l’authenticité réussi pour Fabcaro. Les amoureux des premiers albums seront ravis de retrouver un vieux camarade, les nouveaux lecteurs conquis par la découverte de sa façon personnelle et touchante de se raconter.

Marlène Herbelin , le 14/06/2017

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants