icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Le Jamais-Content

couverture de l'album Le Jamais-Content

Éditeur : Flammarion

Scénario : Vassilissa - Dessin : Vassilissa

Collection : Père Castor

Genre : Aventure

Public : De 3 à 5 ans

Prix : 5.25€

Le résumé de l'album

Un petit poussin râleur n'est jamais content. Il envie tout le monde et veut ressembler à chaque animal qu'il rencontre. Il finit par se transformer en ornithorynque et se retrouve seul. Mais la nature sera bienveillante et lui offrira une compagne.

Note culturebd 3.5

Scénario

3.5

Dessin

3.5

La critique culturebd

Jamais-Content est un poulet toujours envieux des autres. Ce volatile parviendra-t-il à plaider sa cause auprès de Dame Nature ? Ce conte du Père Castor montre joliment aux enfants comment l’excès de jalousie est ridicule et inutile.

A peine vient-il de naître qu’un poussin se plaint de ne pas posséder les attributs des autres animaux. Il jalouse le rouge jabot du rouge-gorge, il voudrait un bec aussi jaune que celui du merle. Son nom est tout trouvé, ce sera Jamais-Content. Sa jalousie ne cesse jamais. Il décide de partir quémander auprès de Dame Nature les pattes palmées du cygne. Il les obtient mais lorsqu’il croise le canard, il lui jalouse son bec bien pratique pour prendre ses repas dans l’eau. Il retourne porter réclamation auprès de sa bienfaitrice qui consent à répondre à cette nouvelle requête. Et ainsi de suite, dès qu’il envie un nouvel animal, il part obtenir ce qu’il veut... jusqu’à ce que Dame Nature, lasse, entre dans une colère noire.

Conte illustré facile et agréable à lire, Jamais-Content propose un récit pédagogique sur l’inutilité d’envier ce que possède son prochain, sans pourtant assouvir un besoin essentiel. Sans tomber dans le moralisme, l’histoire exprime cette idée grâce au drôle de comportement de Jamais-Content. Efficace, le dénouement surprend et amuse tandis que la théorie de l’évolution n’est pas bien loin...

Le dessin, clair avec ses tons pastel, colle parfaitement à la poésie du récit. Les animaux trahissent leurs émotions avec quelques froncements de sourcil et inclinaisons du bec, un anthropomorphisme discret et intelligent. Dame Nature, représentée en quelques traits comme une jeune fille dont les cheveux seraient des cascades d’eau, est féérique à souhait.

Cet album ne sera pas utile qu’aux enfants dont il peut constituer une des premières lectures...

Frédéric Theveny, le 19/05/2017

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants