icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Jean Doux et le mystère de la disquette molle

couverture de l'album Jean Doux et le mystère de la disquette molle

Éditeur : Delcourt

Scénario : Philippe Valette - Dessin : Philippe Valette

Collection : Tapas BD

Genre : Humour

Public : À partir de 16 ans

Prix : 29.95€

Voir la bande-annonce

Le résumé de l'album

L'histoire se déroule dans une petite entreprise spécialisée dans les broyeuses à papier qui vient de se faire racheter, le matin même, par un gros concurrent. L'aventure commence lorsque Jean Doux fait cette découverte mystérieuse : une mallette contenant une disquette molle dans le faux-plafond du débarras. Après avoir mis sa collègue dans la confidence à la cantine, ils décident d'enquêter.

Note culturebd 4.5

Scénario

4.5

Dessin

4.5

La critique culturebd

Au beau milieu des années 90, Jean Doux s’apprête à vivre une journée de boulot pourrie. Mais après une gaffe dans un débarras, le travailleur à gilet sans manches se retrouve sur la piste du mystère de la disquette molle. Cet Indiana Jones de l’open space est armé du fouet de l’humour et coiffé du graphisme rétro du plus bel effet par Philippe Valette.

Quand Jean Doux arrive à 9 h 01 au bureau, il ne se doutait pas que Jean-Pierre Bourrage aurait besoin de lui pour débloquer la broyeuse, Jeanne-Marie voudrait lui faire signer 15 feuillets pour renouveler sa carte de cantine et que Jean-Pat’ tenait absolument à lui raconter sa dernière blague... La tout alors que sa cravate, sa moustache et lui sont déjà ultra à la bourre pour une réu’ des plus importantes ! Ce n’est que le début d’une journée d’aventures qui va le mener à prendre tous les risques et crédits photocopies pour percer le mystère de la disquette molle.

Image d'annonce de Jean Doux et la disquette molle

Philippe Valette a laissé le barré Georges Clooney, ses crayons de couleur et ses fautes d’orthographes au placard pour lancer Jean Doux dans une énigme géante sans se départir de son humour déjanté. Son imaginaire est sans limites : espace d’isolement pour les mangeurs de choucroute à la cantine, look ringards et atmosphère de bureau suintant le faux plafond et le fax à plein nez.

Son dessin faussement naïf déploie sa pleine mesure au moment où la démesure du scénario s’affirme. Les personnages semblent issus d’une union étrange entre un jeu-vidéo 2D et un vieux trombinoscope d’entreprise : sortes de François Pignon au top de la classe 90’s, ils sont savamment kitsch et drôles. La mise en case a tout son rôle à jouer dans l’humour renforçant souvent le comique de situation.

Qui eût cru qu’une aventure de bureau ait pu être aussi drôle et haletante !

Line-Marie Gérold, le 03/02/2017

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (1)

a donné son avis :

note de la critique de Le divan

Jean Doux, c'est une peu Gaston Lagaffe et l'arche perdue... une aventure drôle et décalée. Le mot "vintage" prend ici un tout autre sens. Charmant...

Posté le 20/06/2017 à 10h24