icône accueil culturebd icône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Jolly Jumper ne répond plus

couverture de l'album Jolly Jumper ne répond plus

Éditeur : Lucky Productions

Scénario : Guillaume Bouzard - Dessin : Guillaume Bouzard

Public : Tout public

Prix : 13.99€

Le résumé de l'album

Jack Dalton (ou William ? – qui, au fond, sait différencier les deux frères du milieu ?) entreprend une grève de la faim en prison. Lucky Luke est appelé à la rescousse pour résoudre cet énième problème lié aux Dalton. Mais il doit aussi faire face à une autre situation, celle-là inédite et gravissime : Jolly Jumper est boudeur, il fait la tête et ne lui répond plus. Lucky Luke tente désespérément de renouer le dialogue avec son fidèle Lire la suite...

Note culturebd 3.5

Scénario

3.5

Dessin

3.0

La critique culturebd

Jolly Jumper ne répond plus égratigne quelque peu l’image mystérieuse et attractive du célèbre cow-boy solitaire. Rafraîchissant et inattendu, ce Lucky Luke est revisité avec un humour déjanté plaisant.

Un Lucky Luke en proie au doute, inquiet pour sa monture, un Jolly Jumper muet, des Dalton daltoniens : voici le cocktail délirant de Jolly Jumper ne répond plus. Le scénario reprend l’intrigue classique de nombreux albums de la saga : Lucky Luke est missionné par un homme d’Etat pour se rendre au pénitencier afin de résoudre un problème avec les Dalton. Mais ici, Jack a entamé une grève de la faim et fait appel au roi du six coups pour libérer Ma, qui aurait été enlevé.

Le diable se niche dans les détails et c’est précisément dans ces interstices que se niche l’humour de Bouzard. Finie l’image glamour du lonesome cow-boy. On se retrouve face à un Luke pas très futé, en pleine remise en question, maladroit et naïf. L’auteur a, entre autres, extrapolé la relation que Lucky Luke entretient avec son cheval, quasi passionnelle, pour en faire une relation de couple... Tout au long de l’album, Luke essaye, pathétiquement, de reconquérir un Jolly Jumper muet, indifférent pour un effet tordant.

Côté dessin, on est bien loin de Morris ou d’Achdé. Bouzard assume sa patte dépeignant des personnages aux traits plus grossiers tandis que le décor et la colorisation de l’album sont en parfaite adéquation avec l’univers habituel des Lucky Luke. Des paysages arides, une prison, une ferme, en somme, le Far West dans toute sa splendeur.

En moquant tendrement le plus connu des cow-boys, Bouzard signe un album sans prétention, farfelu et facile à lire. Un agréable divertissement où l’homme qui tire plus vite que son ombre perd de sa superbe.

Flavien Vaireaux, le 24/02/2017

Pour aller plus loin

Critiques Presse

Note moyenne : 3.5 pour 2 critiques presse

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants