icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

L’hymne à la diversité d’une Biskotz

Auteur(s) :
Biskotz

Date : 12/05/2017

Lieu : Paris

Cette semaine, la Toile montante vous fait découvrir les billets engagés de Biskotz. Portrait de ce blogueur, dont les billets vibrent d’humanisme et d’appel à la tolérance.

Dessiner pour s’exprimer

Biskotz a beaucoup de héros en dehors de la BD, comme Amethyst du dessin animé Steven Universe.

Biskotz a beaucoup de héros en dehors de la BD,
comme Amethyst du dessin animé Steven Universe.

Biskotz a toujours aimé écrire. Dès qu’un stylo lui fut mis entre mains, il noircissait ses feuilles et cahiers d’écolier d’histoires, pour s’amuser, rêver, mais aussi faire passer un message. Car pour lui, les mots étaient l’arme idéale pour défendre ses idées. Mais c’était passer à côté du pouvoir évocateur de la BD. « Je n’ai jamais été un grand fan de bande dessinée » confie-t-il avant d’ajouter : « Il m’arrivait de chiper un album dans la bibliothèque de mes parents, mais sans plus. »

Alors que ses années lycée touchaient à sa fin, Biskotz découvre Maliki et toute cette lignée d’auteurs qui ont ouvert la marche sur le web. Piqué par la curiosité, l’artiste en herbe enchaine facs d’art et cours de bande dessinée, dans l’espoir de percer les secrets du neuvième art. Petit à petit, se révèle un don pour produire des nouvelles histoires, sans « pour autant avoir un dessin élaboré ». Par la force de son imagination et de son stylet graphique, Biskotz avait trouvé le médium idéal pour scander sur papier son envie d’un monde plus beau et plus tolérant...

Hymne à la tolérance

Mèche bleue pétant et tatouages ornant le long de ses bras...Nombreux doivent être les regards qui se tournent vers Biskotz, au détour d’une rue. Du haut de ses vingt-trois ans, l’étudiant a eu le temps d’afficher pleinement son goût pour l’excentricité et l’anticonformisme, aussi bien en réel, qu’en virtuel. Depuis quelques mois, l’auteur s’est lancé un défi : faire la part belle à ceux qui incarnent au quotidien les « non règles de la vie, qui les autorisent à être comme ils veulent, comme ils peuvent, sans être obligés de s’adapter au schéma social. » décrit-il.

Les témoignages réunis sur le blog de Biskotz lui ont permis d'assumer ses différences, comme l'hypersensibilité.

Les témoignages réunis sur le blog de Biskotz lui ont permis d'assumer ses différences, comme l'hypersensibilité.

Trans, hypersensibles, homosexuels... Sur son blog, défilent des personnes de tous les horizons, pour témoigner sur ce que la société désigne encore comme des anomalies. « Adolescent, j’aurais aimé avoir ces témoignages sous la main pour mieux vivre mon hypersensibilité, ou bien ma transidentité [N.D.L.R Biskotz est un homme trans. Né fille, il a découvert au fil des années son identité masculine.] » explique-t-il avant de poursuivre : « Et en voyant les retours et le taux de réponses à mes appels à témoignage, j’ai l’impression que ça marche plutôt bien. Les lecteurs sont touchés par les problématiques que j’aborde, et ça les incite à échanger et à se renseigner sur Internet, car Internet est beau. » Ni vulgaires, ni dédramatisant, ses billets rendent justice à la diversité de corps, de sexualités, et de mentalités dont recèle l’humanité.

Pour la beauté du web

Dans les moments de stress, Biskotz peut se défouler sur son objet favori : le hand spinner !

Dans les moments de stress, Biskotz peut
se défouler sur son objet favori : le hand spinner !

Avant d’ouvrir son blog, Biskotz enfouissait ses planches et ses ambitions au fond ses cartons. Grâce à Internet, le blogueur chasse sa pudeur et son manque de confiance. Peu à peu billets et illustrations se font réguliers, les échanges avec. Car au-delà de la productivité et la créativité, la toile lui a permis de découvrir d’artistes vidéastes comme les créateurs la chaine Youtube Prince/Princesse, Ce que tu mates ou Studio Placard.

De belles personnes que le jeune homme a pu rencontrer au-delà du clavier sur lequel il pianotait ses post Twitter : « J’ai une vie sociale tellement plus intéressante depuis que j'ai Twitter. J'ai perdu en timidité et je suis capable de me mêler à des fêtes de plus cent personnes ! » Tant qu’il peut se reposer sur ce soutien, Biskotz continuera de répandre ses beaux messages humanistes, sans craindre ses plus gros détracteurs, car : « Si je lâche l’affaire à la moindre remarque toxique, tout ce que j’aurais entrepris sur mon blog n’aurait aucun sens... »

Biskotz nous partage ses sessions créatives. Pour en voir le résultat, rendez-vous sur son blog !

Biskotz nous partage ses sessions créatives. Pour en voir le résultat, rendez-vous sur son blog !

Virginie Kroun, le 24/05/2017

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants