icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Tout va mieux avec Julie Guillot

Auteur(s) :
Julie Guillot

Date : 25/04/2017

Lieu : Paris

Cette semaine, la Toile montante vous invite dans l’imaginaire savant de Julie Guillot. Portrait de cette ancienne étudiante en sciences humaines, qui réunit sur son blog Tout va mieux BD et sociologie pour apporter un regard neuf sur notre société !

Sur les traces des guerrières du neuvième art

Pour Julie Guillot, la BD est une rencontre dont elle garde des souvenirs assez flous : « Je pense que ça a commencé à l’adolescence, lorsque j’ai découvert les albums de Mafalda, Calvin & Hobbes... » À trente-trois ans, cette femme n’a grandi qu’avec une seule certitude, celle de vouloir dédier sa vie entière au dessin et à l’écriture. Un peu comme l’ont fait avant elle Alison Bechdel, Posy Simmonds, Claire Brétecher et toutes « ces figures pionnières de la bande dessinée. Elles ont servi de modèles à des générations de femmes auteures, qui n’ont pas toujours eu leur place dans un monde rempli d’hommes. »

Pour cette Toile montante, Julie Guillot a réinterprété une de ses oeuvres favorites : la BD Gouines à suivre d'Alison Bechdel.

Pour cette Toile montante, Julie Guillot a réinterprété sa BD favorite : Gouines à suivre d'Alison Bechdel.

Toujours munie de sa plume et sa palette d’aquarelle, Julie poursuit ce combat qui est loin d’être gagné d’avance, en particulier dans une société où plane encore un parfum d’injustice...

Un regard acéré sur la société

Contrairement à la plupart de ses confrères et consœurs, Julie n’a pas fait ses armes dans les écoles de bande dessinée. Tout ce qu’elle sait du neuvième art, elle l’a appris seule durant ses études en sciences humaines. Car si en elle sommeille une âme d’artiste, il y avait aussi l’ambition de décrypter les rouages les plus complexes et les plus rouillés de notre société. Sur son blog Tout va mieux, l’ancienne thésarde laisse libre cours à cette curiosité sans borne qui pavait depuis l’enfance chaque recoin de son imagination.

Pour Julie Guillot, aucun ouvrage ne dégage autant de philosophie qu'un album de Malfalda ou d'Ernest et Célestine.

Pour Julie Guillot, aucun ouvrage ne dégage autant de philosophie et de bon sens qu'un album de Malfalda ou d'Ernest et Célestine.

« Mon parcours universitaire m’a aidé à aiguiser mon sens de l’observation et forger des préoccupations qui ont toujours été présentes chez moi, comme le féminisme » décrit-elle. Peu à peu, le besoin de sortir de ce carcan universitaire et d’exprimer en dessin ses idées et réflexions se faisait peu à peu sentir. Avec une pointe d'authenticité puisée dans son vécu, ses planches se mettent peu à peu à s’affranchir des frontières qui séparent la rigueur méthodologique de la folie artistique. « L’image permet de mettre en scène nos expériences personnelles, de véhiculer des émotions et des situations... ces petites choses qui donnent de la lisibilité à des recherches qui ne semblent pas à portée de tous au premier abord. » explique-t-elle.

Se dépasser grâce au web

Si les billets de Julie ont pu donner corps aux questionnements qui fusent dans son esprit, ces derniers n’auraient jamais trouvé meilleur écho que sur le web : « Avant je dessinais seule sans trop savoir où aller. Ouvrir mon blog a été un moyen de tester ce que je voulais... » Mais surtout, la toile lui permis de progresser...

L'éducation préoccupe énormément Julie Guillot, notamment la survalorisation des enfants.

À force de voir éclore sur le web nombreux artistes et plateformes d’autofinancement telles que Tipee, Julie croit de plus en plus en la viabilité du blog BD qui propose « une nouvelle façon de produire et lire la bande dessinée, sans pour autant empêcher les gens d’acheter des albums papiers. » Elle compte bien expérimenter la cohabitation entre web et papier grâce à T’as d’la chance d’aller à l’école, nouveau blog contenant des textes et dessins sur le harcèlement scolaire, qu’elle espère voir évoluer en papier. Peut-être que cette aventure sociologique ne résoudra entièrement pas le malaise qui plane sur les cours d’école. Mais c’est déjà pour Julie une belle façon de réveiller nos consciences, afin qu’un jour, tout aille mieux dans notre sinistre monde.

Il y a trois ans, Julie Guillot avait déjà trouvé son coup de crayon. Pour avoir aun percu de son évolution, rendez-vous sur son blog !

Il y a quatre ans, Julie Guillot avait déjà trouvé son coup de crayon. Pour avoir un percu de son évolution, rendez-vous sur son blog !

Virginie Kroun, le 04/05/2017

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants