icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Les errances enfantines de MiniKim

Auteur(s) :
MiniKim

Date : 31/03/2017

Lieu : Paris

Cette semaine, la Toile montante vous propose de retomber en enfance grâce au blog de MiniKim. Portrait de cette blogueuse fait rimer nostalgie avec poésie !

De l’écran aux cases

Contrairement à la plupart des auteurs, la BD était loin d’être un rêve d’enfant pour MiniKim. Petite, l’artiste rêvait de s’aventurer dans le monde de l’animation. Puis arrivent en France les années 90, amenant avec elles la frénésie manga. Alors âgée de dix-sept ans, l’ancienne étudiante en animation prend peu à peu goût à cette facette de la culture nippone.

En l'espace de treize ans, MiniKim a eu le temps de parfaire son trait rond !

En l'espace de treize ans, MiniKim a eu le temps de parfaire son trait rond.

« Les volumes sortaient au compte-goutte. On devait se rendre dans des boutiques spécialisées en import pour se les procurer. » se souvient-elle, nostalgique des volumes de Fushigi Yugi, Nanaet autres shôjo qui lui ont ouvert les portes de la bande dessinée. Un art qu’elle se met peu à peu à apprivoiser lorsqu’on lui propose de dessiner la série BD Alta Donna. « En cinéma d’animation, tu as l’impression d’être un simple rouage d’une vaste équipe qui répète toujours les mêmes tâches. Alors que quand tu fais de la BD, tu as la main sur la réalisation entière d’un album ! Et j’ai découvert que j’adorais ça ! » nous confie-t-elle, sourire en coin.

Ode à l’enfance

Entre ses changements de carrière et son déménagement au Canada, une chose est restée intacte dans la vie de MiniKim : sa fascination pour la jeunesse. « C’est un âge où tout est encore possible, où tu peux rêver de tout et expérimenter plein de choses. » explique-t-elle la voix chargée de tendresse. Quand elle replonge dans ses souvenirs d’enfance ou le regard candide de ses trois filles, la maman ne peut s’empêcher d’affectionner cet âge capable de soulever des montagnes.

Grâce à ses enfants, MiniKim a plus d'une histoires amusantes à nous raconter !

Grâce à ses enfants, MiniKim a plus d'une histoire amusante à raconter.

Depuis maintenant six ans, ses carnets se noircissent de bouilles juvéniles et d’anecdotes familiales abracadabrantesques. Sur son blog lancé en début d’année, MiniKim s’est enfin décidée à immortaliser les instants de bonheur qui l’englobent au quotidien, avec la poésie d’un film de Hayao Miyazaki, l’humour de Riad Sattouf et un brin de philosophie pêché dans les livres illustrés de Sarah Kay : « Quand les gens vont sur mon blog, j’ai envie qu’ils s’accordent une pause. Je ne peux pas régler les malheurs du monde, mais je peux peut-être agir sur l’humeur de mon entourage en leur offrant des moments de tendresse ! ». Un message simple et positif, que la blogueuse s’efforce de répandre à travers la toile.

Pour l’amour du web

Ecumant la surface du web depuis bientôt vingt ans, MiniKim a assisté à la montée de Laurelet Souillon, entre autres... L’artiste admire l’audace et l’inventivité de ces blogueurs qui ont réussi à nouer des liens privilégiés avec leur public et à faire du web un nouvel atelier : « Sans mon blog, je n’aurais pas pu décrocher les contrats, les collaborations que j’ai maintenant. C’est simple, si le web n’existait pas je ne ferais sûrement pas de la BD aujourd’hui ! » affirme-t-elle.

Si MiniKim n'avait pas emprunté le chemin de la BD, elle suivrait Kiki la Sorcière dans ses aventures !

Si MiniKim n'avait pas emprunté le chemin de la BD, elle aurait suivi Kiki la Sorcière dans ses aventures.

À ses yeux, la cohabitation entre le BD papier et numérique n’est pas un problème, ce qui lui importe avant tout c’est que « les jeunes auteurs restent eux-mêmes, et qu’ils trouvent leur univers. » Grâce au web, la blogueuse peut se vanter d’avoir trouvé le courage de se lancer dans des projets solo. Pendant qu’elle ne dessine pas les élucubrations d’une folle aux chats écrites par la scénariste Flora, MiniKim travaille sur Eole sur la Lune, qui raconte les premiers pas d’une petite fille sur une Lune colonisée par l’humanité. Un conte qui promet une fantaisie et une authenticité dont elle a le secret...


Envie de rejoindre MiniKim dans ses instants d'aventurière ? Rendez-vous sur son blog !

Virginie Kroun, le 06/04/2017

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants