icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Les péripéties de Mlle Karensac

Auteur(s) :
Mlle Karensac

Date : 20/01/2017

Lieu : Paris

Cette semaine, la Toile montante vous emmène dans le monde délicieusement fantasque de Mlle Karensac. Portrait de l’auteure bordelaise du blog Mais quel est ton but, où rêverie, humour et convictions sont au rendez-vous !

La BD de père en fille

Chez Mlle Karensac, la BD est avant tout une affaire de famille. Nostalgique, la jeune femme se rappelle des après-midis passées à lire les Mad Magazine par-dessus l’épaule de son père, ainsi que les Tintin et Astérix collectionnés par son grand-père. Dès son plus jeune âge, l’artiste laissait aussi s’entasser des centaines de planches dans les recoins de sa chambre.

Outre sa passion pour la BD, Mlle Karensac a conservé un autre vestige de son enfance : ses cartes Pokémon !

Outre sa passion pour la BD, Mlle Karensac a conservé un autre vestige de son enfance : ses cartes Pokémon !

Souvent histoires de son quotidien, ces premiers chefs-d’œuvre ont mis du temps à trouver leur écrin sur son blog Mais quel est ton but : « Publier mes planches revenait un peu à révéler une part de moi-même. C’est facile lorsque l’on est entouré de nos proches, mais sur Internet on prend le risque de se dévoiler à un public inconnu, sans pouvoir prédire les retombées. » Heureusement, son petit copain, ou plutôt son « Monsieur Licorne » était là pour l’encourager. Peu à peu, la toile devient le lieu de belles rencontres, notamment Cy., Bolä, Aurélien Fernandez, Mr Q. ou Nini Wanted. En si joyeuse compagnie, ses aventures 2.0 ne pouvaient qu’être merveilleuses !

Une héroïne au quotidien

Une balade en forêt, une séance de tatouage infernale ou bien les longues files d’attente à La Poste : chaque anecdote vécue par Mlle Karensac devient une jolie fable, narrée tantôt avec réalisme, tantôt avec onirisme. Mais avant de s’en proclamer l’héroïne, la dessinatrice devait se trouver un nom d’emprunt, qu’elle trouve sur un paquet de bonbons Carensac ! « Dès qu’on ajoute un Mademoiselle, ça fait tout d’un coup super classe ! » rit elle. Toutefois, l’élégance de ce pseudo n’efface en rien la douceur de ses personnages, aux traits ronds et lâchés, à la Aude Picault.

Dans Vivo in Dolore, Mlle Karensac signe un odieux pacte avec le diable...

Dans Vivo in Dolore, Mlle Karensac signe un pacte avec le diable...

Licornes, chats, lapins ou dragons assoiffés de sang, ces drôles bestioles apportent à ses planches un souffle de fantaisie pioché dans l’univers haut en couleurs de Steven Universe, ou bien Adventure Time : « Ces dessins animés ont le mérite de parler aux adultes comme aux enfants. J’ai envie de suivre cette dynamique-là en BD et amener des situations mignonnes pour désamorcer les tensions que je rencontre au quotidien ! »

Au service des voix persécutées

Du haut de ses vingt-six ans, Mlle Karensac connait les complexes, le harcèlement de rue, la peur d'être enceinte... Grâce à la BD, la blogueuse se déleste du poids du sexisme, à tel point qu’elle dérange les anti-IVG ou autres sympathisants du sérail conservateur. Mais la jeune femme s’en fiche. Ce qui l’ennuie le plus, c’est « d’offenser sans le vouloir des communautés que je soutiens. Il m’est arrivé de commettre des maladresses, qui m’ont valu les foudres des transgenres et représentants d’autres causes auxquelles j’essaie de sensibiliser mon public. »

Dans 3 minutes, le tic tac du test du grossesse fait imaginer à Mlle Karensac tous les scénarios possibles.

Dans 3 minutes, le tic tac du test de grossesse fait imaginer à Mlle Karensac tous les scénarios.

Pour l’auteure, la représentation des genres est un défi. Dans Aubépine, sa première BD papier réalisée avec Thom Pico, elle compte mettre en avant une héroïne aussi forte que Hilda de Luke Pearson ou Chihiro de Hayao Miyazaki: « J’ai envie qu’Aubépine soit un modèle, aussi bien pour les filles, que pour les garçons ! »

Pour cette Toile montante, Mlle Karensac met en avant une héroïne combattive : la Chihiro d'Hayao Miyazaki.

Le personnage préféré de Mlle Karensac ? Chihiro de Hayao Miyazaki.

En attendant que sa mission soit couronnée de lauriers, Mlle Karensac continue ses publications sur Mais quel est ton but, ainsi que sur Madmoizelle.com. Au départ simple exutoire, dessiner est devenu un boulot à plein temps : « Faire six ans d’études d’architecture pour au final tout plaquer pour la BD était un pari risqué » reconnait-elle. « Mais quand je reçois des messages de ma communauté et vois qu’une de mes BD a touché et aidé des lecteurs, je me dis que le jeu en vaut la chandelle ! » Après des années à bourlinguer sur la toile, Mlle Karensac a trouvé enfin son but pour de nombreuses années à venir...

Avant de visiter le cocon créatif de Mlle Karensac, allez sur son blog !

Avant de visiter le cocon créatif de Mlle Karensac, faites un tour sur son blog !

Virginie Kroun, le 01/02/2017

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants