icône accueil culturebdicône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Un Vilain pour un monde meilleur

Auteur(s) :
Le Vilain

Date : 19/01/2017

Lieu : Paris

Cette semaine, la Toile montante vous fait bourlinguer dans l’univers méchamment drôle du blog Des Verges et des corbeaux. Portrait de son fondateur Le Vilain, qui nous montre que derrière chaque méchant se dissimule un grand bienfaiteur !

Naissance d’une terreur graphique

Si le Vilain devait se transformer en lapin, il voudrait être aussi doux et féroce qu'Eusèbe, de la série De Cape et des Crocs !

Si le Vilain devait se transformer en lapin,
il voudrait être aussi doux et féroce qu'Eusèbe,
de la série De Cape et des Crocs !

Lorsqu’il reçoit gamin sa première BD, Le Vilain était loin de s’imaginer le nombre de Tintin, Gaston Lagaffe et Astérix qu’il allait dévorer. À force d’écumer les bibliothèques, ce grand lecteur ne tarde pas à élargir ses horizons littéraires. Bientôt les mangas de Kentarô Miura et les comics de Jeff Smith viennent rejoindre les franco-belges de son enfance : « À côté de ça, je dessinais beaucoup mais peu voire pas du tout de BD. Pour tout dire, avant mon blog, je n'en avais jamais vraiment fait. »

Au départ, Des Verges et des Corbeaux était une bouée de sauvetage. Quand les études de médecine étaient trop dures à encaisser, le jeune homme s’y reposait aux côtés de sa compagne Nepsie, fondatrice du Blog d’une Gentille. Tous deux se mettent peu à peu à partager leurs petites aventures du quotidien. L’une avec la mignonnerie d’une patate en forme de canard. L’autre avec la noirceur aussi prononcée que le plumage d’un corbeau : « C’est l’animal qui représentait le mieux l’état d’esprit cafardeux dans lequel j’étais. Depuis quelque temps, je les utilise beaucoup moins… » Aujourd’hui, c’est la douceur du lapin qui a gagné peu à peu l’auteur. Quoi de mieux pour donner un peu de fantaisie et de légèreté à son style « franco-belge-cartoon dégénéré » ?Le Vilain aime raconter les instants amusants de son quotidien, comme sa rencontre avec un canard-patate.

Le Vilain aime raconter son quotidien, comme sa rencontre avec un canard-patate.

Un imaginaire féeriquement drôle

Gare aux imprudents qui s’aventureraient sur le blog du Vilain ! Ils ne sont pas à l’abri des boules de feu, des dragons à tentacules ni des épées qui gardent sa porte. Chaque page, chaque illustration, chaque case est puisée quelque part dans les livres de Tolkien et H.P Lovecraft. L’auteur explique : « La fantasy, le féerique, le fantastique autorisent une torsion de la réalité… Mais il y a aussi le fait que je n’arrive à dessiner ni voitures ni pistolet ! »

En trois ans, Le Vilain n'a jamais cessé de remplir son blog de curieuses créatures !

En trois ans, Le Vilain n'a jamais cessé de remplir son blog de curieuses créatures.

Pour ce grand farceur, le merveilleux qui imprègne ses planches n’aurait aucun sens sans l’absurde de Lewis Trondheim, les pitreries de POC [créateur du Donjon de Naheulbeuk N.D.L.R.] ou bien le comique d’Alexandre Astier. Chez Le Vilain, l’humour est une encyclopédie. Il n’hésite jamais à y piocher la galéjade qui mettra un peu de paillettes dans ses récits de vie : « C'est essentiel, je crois. L'époque n'est pas très drôle ; si je peux la tourner en dérision pour faire rire un peu, j'en suis content. »

Croisade contre les esprits rétrogrades

Un brin de caricature n’a jamais fait de mal à personne. Et ça, Le Vilain l’a bien compris. Pour preuve, sa série Apollin de Bonhommeland, dans laquelle l’auteur raille « les codes de la virilité en les poussant vers l’absurde. » L’égalité des sexes, l’écologie, le droit des animaux... Derrière ses faux airs d’artiste aigri, le blogueur cache un cœur vaillant et bien décidé à servir des causes, sans pour autant s’en présenter comme le porte-parole : « Je suis un homme cis, blanc, hétérosexuel, valide, issu d'un milieu plutôt aisé ; ce n'est pas à moi de parler à la place des autres : je me contente de relayer ! »

Dans Apollin de Bonhommeland, Le Vilain nous transporte dans un univers où le culte de la virilité atteint la demesure !

Dans Apollin de Bonhommeland, Le Vilain dépeint un univers où le culte de la virilité atteint la demesure.

Une possibilité offerte par la toile, où fusent nombreux avis, les meilleurs comme les pires. Bien qu’il ne soit pas expert, il arrive au Vilain de s’interroger sur l’avenir réservé aux blogs BD. À ses yeux, c’est un concept qui agonise, par manque de temps et stabilité financière enduré par les artistes. Toutefois, il lui arrive d’imaginer un futur où l’auto-publication rémunérée serait possible. En attendant, l’auteur continue de publier et créer dans l’espoir qu’un jour, ses chimères se réalisent...

Avant de rendre visite au Vilain dans sa caverne créative, allez sur son blog !

Avant de faire un tour dans la caverne créative du Vilain, allez sur son blog !

Virginie Kroun, le 25/01/2017

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants