icône accueil culturebd icône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Un moineau féroce appelé Fanchon Raposo

Auteur(s) :
Fanchon Raposo

Date : 16/12/2016

Cette semaine, la Toile montante vous transporte dans l’univers complètement déjanté de Fanchon Raposo. Portrait de cette blogueuse suisse, qui nous ouvre les portes son blog Sirop de Moineau, sanctuaire où se déchaîne son imagination drôlement inquiétante !

Un amour inconditionnel pour la pop culture

Enfant des années 90, Fanchon grandit baignée de pop culture : « Avec tous les programmes et films que j’ai ingurgités, je pense avoir vu le meilleur comme le pire du cinéma et de la télévision. » rit-elle. Dans les rires qui agitent sa voix, on décèle une pointe de tendresse car la jeune femme admet « Je suis capable de m’émerveiller de tout et n’importe quoi, qu’il s’agisse d’un vieux manga ou d’une série ringarde des années 80. »

Pour cette Toile montante, Fanchon Raposo a décidé de croquer le héros de son enfance : Batman.

Pour cette Toile montante, Fanchon Raposo nous a croqué le héros de son enfance : Batman.

Lorsqu’on découvre les goûts de Fanchon, on a l’impression d’explorer un joyeux bric-à-brac, où effets spéciaux bidon et génériques criards à la Loïs et Clark hypnotisent notre rétine. Sur son blog Sirop de Moineau, la dessinatrice replonge à loisir dans les vestiges de son enfance, sous les traits d’un personnage tout droit débarqué de la chaîne Cartoon Network. Mais gare aux apparences ! Derrière cette adorable petite bouille, se dissimule l’âme d’ « une horrible méchante. »

Une lame trempée dans du sirop de moineau

Sirop de Moineau. Avec un nom aussi doux et fantasque, le blog de Fanchon arriverait presque à cacher la férocité qu’il renferme. Les chats, souris et autres bestioles qui grouillent dans ses planches seraient prêtes à en témoigner, si la dessinatrice ne s’amusait pas à les torturer du bout de son crayon !

Fanchon Raposo ne rate aucune occasion d'exprimer son penchant pour le gore. Le preuve en dessin !

Fanchon Raposo ne rate jamais l'occasion d'exprimer son penchant pour le gore. La preuve en image !

Ses premiers sursauts de sadisme naissent à l’adolescence, lorsqu’elle découvre l’humour incisif d’Hélène Bruller et Tébo. Peu à peu, son esprit hargneux s’aiguise et devient l’auteur de scénarios machiavéliques, dignes d’un épisode d’Happy Tree Friends. « Créer ce décalage est une façon casser l’image chou que les gens ont de moi. » avoue Fanchon avant d’ajouter « C’est d’ailleurs un peu le combat des dessinatrices d’aujourd’hui. Elles sont encore beaucoup à se faire aspirer dans la case « BD girly » ! Ça me dérange un peu cette façon de compartimenter. Je tiens vraiment à ce qu’on reconnaisse mon travail autrement que comme de la « BD pour nanas » ! »

Blogueur BD, un vrai métier ?

Fanchon a beau être petite, cela ne l’empêche pas de revendiquer haut et fort sa place dans le neuvième art. Toutefois, il faut le reconnaître : le combat n’est pas toujours évident. La blogueuse se souvient encore de ses syndromes de la page blanche, appuyés par le doute de pouvoir vivre un jour de la BD. Puis en errant sur le web, elle tombe sur le site de Romain Pujol [dessinateur de la BD Les Lapins Crétins N.D.L.R.] et toute une lignée d’auteurs qui révélaient leur talent en quelques clics. Soudain, le mot dessiner prit un sens différent sur la toile : « Tout devenait plus simple et plus rapide. On pouvait enfin faire vivre nos productions à travers le retour de nos lecteurs, expérimenter de nouvelles techniques et surtout rencontrer de nouveaux collègues ! »Dans ce dessin, Fanchon Raposo a réuni les ingrédients nécessaires pour faire carburer sa créativité.

Fanchon Raposo a réuni les ingrédients nécessaires pour faire carburer sa créativité.

Car aux yeux de l’auteure, blogueur BD est une véritable profession, dans laquelle elle compte s’investir pleinement, soutenue par son bien-aimé et des petits boulots de graphisme. Mais pour cette année 2017, sa plus belle résolution est de publier sa première BD papier, où elle compilerait les petits instants de son existence : « Déjà petite, j’adorais déformer la réalité pour l’améliorer en un monde extraordinaire ! On n’a pas tous la chance de vivre des choses incroyables et quoi de mieux que la bande dessinée pour faire de notre quotidien un spectacle ? »

Avant de rendre visite à Fanchon Raposo dans son temple créatif, allez sur son blog !

Avant de rendre visite à Fanchon Raposo dans son temple créatif, allez sur son blog !

Virginie Kroun, le 11/01/2017

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants