icône accueil culturebd icône accueil over culturebd

Suivez la communauté culturebd

culturebd - La culture a son image

Little Nemo à l’école de la BD

Auteur(s) :
Turalo

Eric Dérian, auteur de BD et professeur à l’Académie Brassart-Delcourt, nous raconte comment fonctionne cette école de bande dessinée et surtout comment est né l’album issu de travaux d’élèves de la première promotion.

La BD ça s’apprend…

Comment êtes-vous arrivé à l’enseignement de la BD ?

Eric Dérian : Après des études d’arts plastiques et de bande dessinée durant lesquelles j’ai participé à beaucoup de fanzines, j’ai publié mon premier album aux éditions Glénat en 1998.

Extrait de Little Nemo in Bédéland : Little Echo par Hermeline Janicot-Tixier

Extrait de Little Nemo in Bédéland : Little Echo par Hermeline Janicot-Tixier

J’ai eu l’occasion depuis de travailler à de nombreux postes dans l’élaboration d’une bande dessinée : dessinateur, coloriste puis scénariste, pour des projets de création, sous licence ou en communication, en livres ou dans des magazines et j’ai aussi été assistant éditorial dans des petites structures comme Le Cycliste et Triskel... J’ai depuis allongé ma bibliographie d’une trentaine de titres.

Je me suis aussi passionné pour la diffusion de bandes dessinées en ligne en animant dans un premier temps un blog en 2003, puis en créant successivement le Festiblog ou les 23 Heures de la BD.

Quel est votre poste au sein de l’Académie Brassart-Delcourt ?

J’ai pris la direction de l’Académie à sa création, au cours du premier semestre 2014. J’en assume la direction pédagogique, puis la direction administrative depuis cette année. J’y anime aussi des cours de... bande dessinée !

Comment se passe une journée type dans cette école ?

Cette école propose un cursus de trois ans pour préparer de jeunes aspirants auteurs aux métiers de la bande dessinée.

Extrait de Little Nemo in Bédéland : Progressive par Kévin Roversi

Extrait de Little Nemo in Bédéland : Progressive par Kévin Roversi

La première année fait le tour des fondamentaux du métier en reprenant tout à la base : dessin d’observation, perspective, histoire des arts et surtout, la narration, véritable colonne vertébrale d’une BD.

La seconde année se consacre à l’approfondissement des acquis et à l’initiation à d’autres capacités, puis la troisième année propose aux étudiants de se spécialiser avant de se professionnaliser.

Une « journée type » se déroule en deux séances de 3 heures et se partage sur les différentes matières, comme dans une école « normale », en cours théoriques ou travaux dirigés en atelier. Mais beaucoup de choses se transmettent aussi en dehors des plages de cours, le soir où les salles de l’Académie restent ouvertes, comme pendant les périodes de vacances scolaires où certains étudiants aiment venir développer leurs travaux ou simplement discuter.

Extrait de Little Nemo in Bédéland : Little Madness par Aurore Dechilly

Extrait de Little Nemo in Bédéland : Little Madness par Aurore Dechilly

Nous recevons aussi régulièrement des intervenants professionnels, notoires et en activité : par exemple Alain Ayroles est dernièrement venu se pencher, bienveillant, sur les travaux des étudiants... La liste est déjà longue, depuis deux ans et elle ne s’arrêtera pas là !

Et chaque année est parrainée…

Le parrain suit d’un œil attentif chaque étudiant tout au long des 3 ans de son cursus : nous comptons actuellement, parmi ces grands aînés, Zep, Arthur De Pins et Patricia Lyfoung. Et le prochain parrain de la promotion 2017-2020 sera Wilfrid Lupano, qui vient d’accepter cette louable mission !

Grâce à notre partenariat avec le groupe Delcourt-Soleil nous publions un recueil de travaux des étudiants : le premier album de cette collection est Little Nemo in Bédéland, et la diversité comme la qualité des travaux qui y sont reproduits ont déjà été remarquées. Ces graines d’auteurs ont fait la fierté de leurs formateurs !

Extrait de Little Nemo in Bédéland : Regrets éternels par Jean-Baptiste Bagur

Extrait de Little Nemo in Bédéland : Regrets éternels par Jean-Baptiste Bagur

Marlène Herbelin , le 20/12/2016

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants